Marchés français ouverture 6 h 17 min
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    29 716,77
    +74,08 (+0,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,1963
    -0,0013 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    28 793,14
    -107,69 (-0,37 %)
     
  • BTC-EUR

    53 015,36
    -25,56 (-0,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 403,83
    +22,89 (+1,66 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     

Les détenus travaillant en prison auront un contrat de travail

·2 min de lecture

"Je vais mettre en place un contrat de travail. Il ne peut pas y avoir de décalage entre la prison et le reste de la société, ou alors on considère que la prison est une société à part." C'est ce qu'a annoncé dimanche 7 mars le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti dans l'émission Zone interdite sur M6. "Il y a des détenus qui pour la première fois de leur vie vont découvrir ici (en prison) le travail, c'est le gage qu'ils quittent la délinquance", a-t-il ajouté.

Au cours de l'émission, le ministre de la Justice a également annoncé la création d'un code pénitentiaire qui à l'instar du code civil ou du code pénal regroupera "toutes les règles importantes" autour de la détention. Les détenus travailleurs ne bénéficient d'aucun véritable statut, dénoncent depuis des années des organisations comme la section française de l'Observatoire international des prisons (OIP). Lors d'un discours devant l'Ecole nationale d'administration pénitentiaire (Enap), en mars 2018, le président de la République, Emmanuel Macron avait affirmé que "le lien qui unit l'administration pénitentiaire et le détenu travaillant en son sein" ne doit plus être "un acte unilatéral avec la négation de tous les droits", mais "un lien contractuel avec des garanties qui s'y attachent".

>> A lire aussi - Prison : faut-il imposer le Code du travail pour les détenus ?

"On ne peut pas demander à des détenus de respecter la société, de pouvoir se réinsérer en elle" si "on nie (leur) dignité et (leurs) droits", avait souligné le chef de l'État. Cette proposition est évoquée dans l'avant-projet de loi "pour la confiance dans l'institution judiciaire" qui doit être présenté en conseil des ministres mi-avril dont l'AFP a obtenu une copie. Le texte prévoit également que le gouvernement puisse légiférer par ordonnance pour permettre "l'ouverture de droits sociaux aux personnes détenues, dès lors qu'ils sont utiles à leur réinsertion et notamment les droits à l'assurance-chômage, vieillesse, maladie et maternité et maladie (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un 13e mois pour les femmes de ménage de l'Assemblée, la SNCF lance un comparateur d'émissions de CO2... Le flash éco du jour
Le député Olivier Dassault décède dans le crash de son hélicoptère
Le stade Vélodrome bientôt transformé en centre de vaccination à Marseille
Des albums rarissimes de Tintin à vendre aux enchères
Pour son premier jeu de grattage, elle touche le gros lot