Marchés français ouverture 5 h 10 min
  • Dow Jones

    34 060,66
    -267,13 (-0,78 %)
     
  • Nasdaq

    13 303,64
    -75,41 (-0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    28 164,23
    -242,61 (-0,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,2226
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    33 237,50
    -3 820,73 (-10,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 139,94
    -113,21 (-9,03 %)
     
  • S&P 500

    4 127,83
    -35,46 (-0,85 %)
     

Désinformation, haine : Twitter veut des algorithmes plus éthiques

Source AFP
·1 min de lecture
Twitter est à la recherche d'intelligences artificielles plus éthiques et plus transparentes.
Twitter est à la recherche d'intelligences artificielles plus éthiques et plus transparentes.

Après les critiques envers les réseaux sociaux, accusés de favoriser les contenus faux ou haineux, la solution pourrait passer par de nouvelles intelligences artificielles. Twitter a présenté mercredi ses travaux en cours pour rendre plus éthiques les algorithmes à l'?uvre dans les coulisses de la plateforme, et aussi pour donner plus de contrôle aux utilisateurs, une façon de répondre aux critiques sur les dangers liés à ces technologies. Le réseau social dit vouloir améliorer ses algorithmes de « machine learning », c'est-à-dire les règles informatiques qui permettent aux ordinateurs d' « apprendre » automatiquement à partir des données.

Grâce à ces systèmes dits d'intelligence artificielle (IA), la plateforme « déduit » en fonction de la navigation d'un utilisateur qu'il préfère les vidéos de chats à celle de chiens, par exemple. Mais « quand Twitter utilise le machine learning, cela peut avoir des conséquences pour des centaines de millions de tweets par jour, et parfois, un système peut se comporter différemment de l'intention selon laquelle il a été conçu », reconnaît la société californienne.

Encore au « stade exploratoire »

Les algorithmes des réseaux sociaux permettent de personnaliser automatiquement les fils de milliards d'utilisateurs, mais ils sont accusés de favoriser les contenus inflammatoires ou clivants, qui propagent la désinformation ou la haine dans les sociétés. Twitter, Facebook et les autres plateformes sont régulièrement étrillées sur [...] Lire la suite