La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1322
    +0,0110 (+0,99 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 475,83
    +227,13 (+0,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3342
    +0,0022 (+0,16 %)
     

Des députés britanniques réclament une loi pour lutter contre le blanchiment

·2 min de lecture

Des députés conservateurs ont exhorté le Premier ministre britannique Boris Johnson à tenir une promesse gouvernementale de longue date.

Dix-sept députés conservateurs ont écrit au Premier ministre cette semaine pour lui demander de donner la priorité à la législation pour lutter contre le crime économique lors de la session actuelle de la Chambre des communes, avec notamment la création d'un registre des entités étrangères qui possèdent des biens au Royaume-Uni. "Le crime économique et le financement illicite au Royaume-Uni financent le crime organisé, les terroristes et d'autres acteurs malveillants, ils sapent la bonne gouvernance et la confiance dans notre économie et ternissent notre réputation mondiale", selon la lettre. Les efforts pour obtenir des signatures ont été menés par Kevin Hollinrake, coprésident du Groupe parlementaire multipartite sur les services bancaires aux entreprises équitables. L’Agence Nationale du Crime britannique a estimé que le blanchiment d'argent coûte au Royaume-Uni quelque 100 milliards de livres (134 milliards de dollars) par an. Dans le cadre des efforts pour l'éradiquer, les gouvernements conservateurs successifs se sont engagés à créer un registre qui identifie les propriétaires finaux de la propriété britannique dans les cas où le terrain est enregistré au nom d'une société ou d'une entité étrangère. Bien qu'un projet de loi ait été publié en 2018, il n'a pas encore été transformé en loi. "La législation est solide, a déjà attiré le soutien de tous les partis et doit simplement être prioritaire", ont écrit les députés. "Cela s'appuiera sur le leadership international dont le Royaume-Uni a fait preuve en matière de transparence des bénéficiaires effectifs", ont-ils déclaré, ajoutant que cela réduirait également les risques et les coûts de diligence raisonnable pour les investisseurs. Cet appel intervient dans un contexte dans lequel les députés eux-mêmes sont sous pression après une tentative bâclée de Boris Johnson la semaine dernière de réviser les normes parlementaires pour épargner à son ami Owen Paterson d'être sanctionné, après avoir été reconnu coupable d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles