Marchés français ouverture 2 h 9 min
  • Dow Jones

    31 391,52
    -143,99 (-0,46 %)
     
  • Nasdaq

    13 358,79
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    29 523,70
    +115,53 (+0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,2090
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 608,71
    +512,85 (+1,76 %)
     
  • BTC-EUR

    40 496,58
    -366,33 (-0,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    983,06
    -5,03 (-0,51 %)
     
  • S&P 500

    3 870,29
    -31,53 (-0,81 %)
     

La déprime des Français incite Macron à ne pas reconfiner

·2 min de lecture

SONDAGE - Le président fait tout pour éviter un nouveau confinement car il prend désormais en compte le "ras-le-bol" face aux restrictions sanitaires. Un sondage exclusif d'Odoxa pour Aviva, BFM Business et Challenges révèle une nouvelle dégradation du moral des Français. Une déprime qui touche désormais les sympathisants LREM.

Un "niet" aux scientifiques. Malgré les appels de nombreux experts pour remettre le pays sous cloche, Emmanuel Macron n’a toujours pas cédé. Le 29 janvier, il avait refusé le reconfinement, espérant maîtriser la pandémie par de nouvelles mesures restrictives, . "Nous pouvons nous donner une chance d’éviter le confinement", avait résumé Jean Castex dans le Salon d’Hiver de l’Elysée. Et depuis, le président a appelé les Français à se montrer pour respecter les mesures restrictives et limiter la progression de l'épidémie.

Prendre en compte le ras-le-bol des Français

C’est un gros risque. Si le virus, et ses variants britanniques et sud-africains, , on pourra reprocher à l’exécutif d’avoir trop tardé. Mais c’est aussi un tournant. Pour la première fois depuis le début de la pandémie, la santé n’a pas été le seul critère pour décider de confiner le pays. "On accorde trop de place au sanitaire, aux épidémiologistes, aux mathématiciens, qui prévoient des catastrophes. Il y a des problèmes psychiques, des problèmes sociaux", a admis, le 1er février, sur BFMTV, le professeur Eric Caumes.

Emmanuel Macron a pris en compte ce "ras-le-bol" des Français face aux restrictions sanitaires. Car les indicateurs sont inquiétants. Selon Santé publique France, les "états anxieux" ont fortement augmenté lors du dernier confinement (touchant plus de 20,1 % de la population) et les "états dépressifs" ont doublé entre septembre et novembre pour se maintenir "à un niveau élevé". Un diagnostic corroboré par les témoignages alarmants de nombreux psychiatres. Sans atteindre ces états dépressifs, l’immense majorité des Français affiche un pessimisme croissant. "Leur moral économique poursuit sa descente aux enfers, résume Gaël Sliman, le président d’Odoxa, dont le sondage réalisé pour Aviva, BFM Business et Challenges affiche une nouvelle dégradation de trois points en janvier. Ils sont même qu’ils ne l’étaient fin octobre au moment du deuxième confinement." Une dégradation qui touche particu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi