Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 142,57
    +74,30 (+0,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Dans ce département, les hôpitaux ont reçu une facture salée pour... les frais de déplacement des pompiers

HJBC/Adobe Stock

La facture est salée, mais elle est justifiée. C’est ce que laisse entendre Olivier Richefou, le président du conseil départemental de la Mayenne. Comme l’explique France Bleu Mayenne, le président du département qui dirige aussi le service départemental d'incendie et de secours (SDIS) a envoyé une facture de 70 000 euros aux différents hôpitaux publics. La raison ? Le nombre de kilomètres en plus qu’ont dû faire les pompiers du département ces derniers mois. Des déplacements qui ont donc coûté bien plus cher en 2023 à cause de la fermeture répétée des services d’urgence.

Pour justifier ces frais supplémentaires, Olivier Richefou fait part à France Bleu Mayenne d’un exemple précis : «J'ai en tête cet exemple d'un équipage du Nord-Mayenne qui devait aller aux urgences de Mayenne, ponctuellement fermées, et à qui on dit d'aller à Laval ; et en arrivant à Laval, les urgences venaient de fermer, on a dit aux pompiers de retourner à Mayenne, car c'était finalement ouvert.» Une perte de temps et d’argent. L’élu a donc calculé les frais supplémentaires liés aux kilomètres effectués par les pompiers entre le centre hospitalier le plus proche et celui dans lequel ils ont pu finalement laisser les patients.

Si, chez les pompiers, on tempère ces propos, en affirmant que ces trajets n’étaient pas si fréquents, le Département évoque, lui, cinq cents transports sur l’année, donc au moins un par jour. La faute à une mauvaise organisation des urgences. Ce ne serait donc pas, selon le président (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Urgences : Gabriel Attal veut rétablir l’obligation de gardes pour certains médecins
Internat, SNU, Service civique écologique : Gabriel Attal sonne la fin de la récréation pour les jeunes
Croissance : après une année 2023 médiocre, qu’attendre de l’économie française pour 2024 ?
Le croissant a-t-il été créé pour contourner une taxe sur le sel, comme le prétend Karine Le Marchand ?
Discours de Gabriel Attal : Agriculture, éducation, salaires... les principales annonces du Premier ministre