La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 405,74
    +14,22 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    13 051,92
    -306,87 (-2,30 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,2071
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • BTC-EUR

    42 196,42
    +2 287,80 (+5,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 018,13
    +30,04 (+3,04 %)
     
  • S&P 500

    3 835,60
    -34,69 (-0,90 %)
     

Démission du n°1 de KPMG Royaume-Uni, qui avait demandé aux salariés de ne pas "jouer la carte de la victime"

·2 min de lecture

Le président du cabinet d'audit et conseil KPMG pour le Royaume-Uni tire sa révérence. Il avait suscité l'indignation, après avoir demandé aux salariés d'"arrêter de se plaindre" des conditions de travail du fait de la crise du Covid-19 et de ne "pas jouer la carte de la victime". "KPMG UK confirme que Bill Michael, son président et associé senior, a démissionné et quitte l'entreprise à la fin de ce mois", selon un communiqué. Le groupe a nommé Bina Mehta comme nouvelle présidente pour le Royaume-Uni et Mary O'Connor comme associée senior. Il s'agit des premières femmes à accéder à ces niveaux de responsabilité au cours des 150 ans d'histoire du cabinet.

M. Michael s'est déjà mis en retrait plus tôt cette semaine à la suite d'une enquête diligentée par le groupe et avait présenté ses excuses. Mais il a été contraint finalement de quitter son poste en raison de cette polémique autour de ses déclarations née à la suite d'un article du Financial Times. "J'aime le groupe et je suis vraiment désolé que mes paroles aient fait du mal à mes collègues et de l'impact que les événements de cette semaine ont eu sur eux", déclare M. Michael, dans le communiqué. "De ce fait, je considère que ma position est intenable et j'ai décidé de quitter le groupe", complète-t-il.

>> A lire aussi - Deloitte, PwC, Mazars... les employeurs préférés des salariés de l'audit et du conseil

Le quotidien des affaires évoquait une réunion virtuelle de KPMG lundi à laquelle participait 1.500 salariés et qui portait sur l'impact de la pandémie sur les conditions de travail. Selon deux d'entre eux, cités anonymement par le Financial Times, Bill Michael a demandé aux salariés d'"arrêter de se plaindre" et de ne pas "jouer la carte de la victime". Des salariés avaient au préalable partagé leurs inquiétudes sur une possible baisse de leurs salaires et bonus, ainsi que sur la manière dont KPMG mesure la performance, en classant chaque individu d'une équipe du meilleur au moins bon.

>> Notre service - Vous cherchez (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le roi des camping-cars Trigano victime d’une cyberattaque rançongiciel !
Disney gagne du terrain sur le marché du streaming
Un Airbus endommagé dans une attaque de drones
Covid-19 : un médicament anti-inflammatoire réduit le risque de décès, selon une étude
Grâce au Brexit, Amsterdam détrône Londres comme place boursière n°1 en Europe