Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0658
    +0,0011 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    2 402,90
    +4,90 (+0,20 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 212,41
    +736,86 (+1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 383,65
    +71,03 (+5,41 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,21
    +0,48 (+0,58 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2372
    -0,0066 (-0,53 %)
     

Démission : ces cas où vous pouvez toucher votre allocation chômage

Mixetto / Getty

Chaque année, plus de 2 millions de salariés mettent volontairement un terme à leur contrat de travail. Et pour ceux qui choisissent de quitter leur employeur sans plan B, la rupture de contrat peut s’avérer financièrement périlleuse. Car en principe, «la démission ne donne droit à aucune indemnité de rupture, ni à aucune indemnisation chômage», indique Elodie Cohen-Mouran, avocate spécialisée en droit du travail.

Mais des exceptions sont prévues par la loi, notamment si le motif de la démission est considéré comme légitime. Si un salarié décide par exemple de suivre son conjoint - muté dans une autre ville -, le démissionnaire peut tout de même percevoir ses allocations chômage sans délai s’il en fait la demande à France Travail.

La démission légitime n’est pas le seul cas de figure où un salarié démissionnaire peut percevoir l’ARE immédiatement. Les travailleurs avec un projet professionnel de reconversion ou de création d’entreprise peuvent également bénéficier d’indemnités chômage. Mais attention : «Les conditions sont assez restrictives», met en garde Elodie Cohen-Mouran. Parmi elles, l’ancienneté du salarié, qui doit avoir travaillé pendant au moins cinq ans, pas nécessairement dans la même entreprise.

Une autre dérogation, moins connue, est prévue dans les cas de harcèlement au travail. Mais le scénario est alors quelque peu différent, puisque le versement des allocations chômage est décalé de plusieurs mois. En effet, «les salariés démissionnaires ne peuvent faire une demande (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Trajet domicile-travail : les coups de pouce de votre employeur dont vous pouvez profiter en 2024
Réforme de l’assurance chômage : nouveaux droits, durée d’indemnisation… ce qui peut encore changer et quand
Harcèlement au travail : vous avez été licencié ou contraint de démissionner ? Racontez-nous !
Assurance chômage : Gabriel Attal veut encore durcir les règles d’indemnisation
Clash dans «Danse avec les stars» : que faire si une dispute éclate entre vous et un collègue ?