Marchés français ouverture 7 h 49 min
  • Dow Jones

    34 395,01
    -194,76 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,45
    +14,45 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    28 226,08
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0526
    +0,0118 (+1,14 %)
     
  • HANG SENG

    18 736,44
    +139,21 (+0,75 %)
     
  • BTC-EUR

    16 130,87
    -287,10 (-1,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,44
    -4,71 (-1,16 %)
     
  • S&P 500

    4 076,57
    -3,54 (-0,09 %)
     

Défiscalisation 2022 : ces 5 erreurs à éviter (pour ne pas perdre ce que vous gagnez en impôt)

Sens interdit
Sens interdit

1 – FIP-FCPI : attention aux frais élevés

Lorsqu'il s'agit de réduire l'impôt sur le revenu, les fonds communs de placement dans l'innovation (FCPI) et fonds d'investissement de proximité (FIP) font partie des premiers choix, notamment dans les banques. Parce que le ticket d'entrée est abordable (1 000 ou 2 000 euros par exemple), et parce qu'ils permettent d'espérer une réduction d'impôt pouvant atteindre 25% des sommes investies, voire 30% dans le cas des FIP Corse et outre-mer.

Les points faibles ? Ils sont nombreux. Tout d'abord, un coût potentiellement significatif avec frais d'entrée et autres frais récurrents : de gestion, de constitution, ou frais indirects. Pour éviter les abus, les frais annuels sont désormais limités à 3% à partir de 4 ans de détention et l'ensemble des frais et commissions ne peuvent plus dépasser 30% du versement initial. « Il existe de très bons gérants de FIP et FCPI mais, comme il ne s'agit pas de grosses enveloppes et à cause des contraintes règlementaires, les frais sont élevés », prévient Yves Gambart de Lignières, conseiller en gestion de patrimoine indépendant (CGPI), qui précise que ces fonds fiscaux ont perdu de leur attrait depuis la suppression de l'ISF.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Assurance vie : dois-je abandonner les peu rentables fonds en euros pour miser sur l'eurocroissance ?
- CPF : devrez-vous bientôt payer 20% à 30% de votre formation de votre poche ?
- Prime de Noël 2022 : qui sont les bénéficiaires de cette aide de 209 euros en moyenne ?