Marchés français ouverture 8 h 23 min
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,09 (-1,71 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,88 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,89 (-1,84 %)
     
  • EUR/USD

    0,9811
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,93 (+0,33 %)
     
  • BTC-EUR

    19 585,29
    -246,35 (-1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     

Les défis de Charles III pour bâtir la nouvelle Angleterre

WPA Pool/Getty Images/AFP

La disparition d'Elisabeth II fait basculer le Royaume-Uni dans l'inconnu. Une page de soixante-dix ans se tourne alors que Downing Street change de locataire. Un moment clé de l'histoire du pays, dont l'économie et l'unité sont fragiles.

La reine est morte. La seconde époque élisabéthaine est révolue. Dans les jours qui viennent, la famille royale fera ce qu'elle fait le mieux, le rituel et l'apparat. Mais c'est le malaise qui prévaut. Il est difficile d'imaginer la Grande-Bretagne sans la reine parce que la plupart des gens ne l'ont connue qu'avec elle. Son règne est évoqué par toutes sortes de superlatifs. Elisabeth II aura été le plus âgé des monarques britanniques et celui ayant régné le plus longtemps. Son portrait aura figuré sur plus de pièces et de billets que n'importe quelle autre personnalité vivante. Son image est sans doute celle qui aura été le plus souvent reproduite dans l'histoire.

La relation entre la reine et ses sujets était faite à la fois d'extrême distance et de curieuses intimités. Vous vous inclinez devant votre monarque, et pourtant vous froissez son visage entre vos doigts, et vous en servez pour payer votre kilo de patates. L'aristocratie victorienne pensait que, pour survivre, la monarchie devait garder ses distances, afin que la lumière ne dissipe pas la magie. Pendant le règne d'Elisabeth, ce n'est pas seulement la lumière qui a été admise, mais aussi les flashs des photographes. Cela ne s'est pas toujours bien passé. Royale et distante, avec ses foulards et sa prononciation saccadée, elle semblait être hors du temps. Ses valeurs - le stoïcisme et le devoir, le sang-froid et la volonté d'aller de l'avant en toutes circonstances, et surtout le fait de se taire - étaient celles d'une autre époque.

L'illusion de la stabilité

Alors que ses enfants, petits-enfants et leurs belles-familles s'épanchaient en interviews et se livraient à des frasques, elle sillonnait le pays et le Commonwealth, écoutant, agitant la main, tissant des liens, s'enquérant rituellement: "Vous venez de loin?" Rares sont ceux qui seront allés plus loin qu'elle. Lorsque, pendant le sommet de la COP26, elle s'était agacée contre ceux qui "parlent mais ne font rien", chacun avait compris que c'était la [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi