Marchés français ouverture 5 h 50 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 640,41
    +94,23 (+0,33 %)
     
  • EUR/USD

    1,2162
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    29 457,70
    +66,44 (+0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    26 459,27
    -346,25 (-1,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    648,25
    +0,93 (+0,14 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Déficit de la Sécu : la prévision pour 2021 s'aggrave de 7,8 milliards d'euros

·2 min de lecture

Les comptes de la Sécurité sociale devraient afficher un déficit de 35,7 milliards d'euros en 2021.

Les comptes de la Sécurité sociale devraient afficher un déficit de 35,7 milliards d'euros en 2021, soit 7,8 milliards de plus par rapport aux dernières prévisions, sur fond de crise provoquée par la pandémie de Covid-19, a indiqué lundi Olivier Dussopt. "Le solde du régime général et du fonds de solidarité vieillesse devrait s'établir à 35,7 milliards d'euros de déficit en 2021, soit une dégradation de 7,8 milliards par rapport à la précédente prévision", a déclaré le ministre des Comptes publics à l'ouverture de l'examen en nouvelle lecture du projet de budget de la Sécu pour 2021 devant l'Assemblée.

Imputable "à la contraction de la masse salariale dans le secteur privé"

Cette dégradation est imputable "à la contraction de la masse salariale dans le secteur privé" pour 6 milliards d'euros, et "dans une moindre mesure à la diminution des prévisions de recettes fiscales et des ajustements de la prévision de croissance pour 2021", a-t-il ajouté. Le gouvernement anticipe un rebond moins fort que prévu de l'économie en 2021, à +6% contre +8% auparavant, du fait notamment du maintien de protocoles sanitaires contraignants sur une partie de l'année prochaine.

Olivier Dussopt a toutefois ajouté que la prévision de déficit pour 2020 - 49 milliard d'euros - "ne nous paraît pas remise en cause par les nouvelles hypothèses macro-économiques".

Cette nouvelle lecture est organisée à la suite de l'échec des députés et sénateurs à se mettre d'accord sur un texte commun en commission mixte paritaire. Le Sénat procèdera ensuite à une nouvelle lecture, avant que le dernier mot ne revienne à l'Assemblée nationale le 30 novembre. Les dépenses prévues par ce budget ont été alourdies au cours de la procédure, avec notamment une nouvelle(...)


Lire la suite sur Paris Match