La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 917,65
    -226,66 (-0,64 %)
     
  • Nasdaq

    14 549,30
    -291,41 (-1,96 %)
     
  • Nikkei 225

    27 970,22
    +136,93 (+0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,1840
    +0,0032 (+0,27 %)
     
  • HANG SENG

    25 086,43
    -1 105,89 (-4,22 %)
     
  • BTC-EUR

    31 874,46
    -1 514,69 (-4,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    891,17
    +14,94 (+1,70 %)
     
  • S&P 500

    4 378,37
    -43,93 (-0,99 %)
     

Déficit public meilleur qu'attendu en 2021, hausse des dépenses maintenue en 2022

·2 min de lecture

Le ministre de l'Economie revoit ses prévisions de déficit pour 2021 et de dépenses publiques pour l'an prochain.

Le déficit public sera finalement inférieur à 9% du PIB cette année grâce à la meilleure croissance économique attendue, a indiqué le 15 juillet le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, qui a aussi annoncé une hausse de 10,8 milliards d'euros de la dépense publique pour 2022. Le gouvernement a relevé sa prévision de croissance pour 2021 à 6% (contre 5% auparavant), et les recettes fiscales supplémentaires qui en découleront seront consacrées à "contenir le déficit public pour 2021 à moins de 9%, contre 9,4% prévu en loi de finance rectificative", a déclaré le ministre lors du débat d'orientation des finances publiques à l'Assemblée nationale. "Nous refusons, avec (le ministre des Comptes publics) Olivier Dussopt, de consacrer l'intégralité des recettes fiscales supplémentaires liées à la croissance de 6% à l'augmentation de la dépense publique", a expliqué Bruno Le Maire. "Il n'y a pas de cagnotte quand on dépasse les 100% de dette publique", a-t-il insisté.

Des mesures pour l'armée, l'éducation, la justice

Le gouvernement ambitionne de ramener ce déficit à 5,3% du PIB l'an prochain, grâce à un budget "de retour à la normale", malgré la persistance du risque sanitaire, a soutenu de son côté Olivier Dussopt. L'exécutif prévoit toutefois une hausse des dépenses pilotables de l'Etat (budget des ministères) de 10,8 milliards d'euros l'an prochain, soit une "augmentation similaire à celle de 2021", a annoncé Bruno Le Maire. "La moitié de ces dépenses nouvelles sont le résultat de lois de programmation, donc de lois d'investissement dans les activité régaliennes de l'Etat", c'est-à-dire l'armée, la justice, la police, l'éducation ou la recherche, a ensuite détaillé le ministre de l'Economie. Le budget de la défense et celui de l'enseignement scolaire seront ainsi tous les deux en hausse de 1,7 milliard d'euros l'an prochain, selon le document budgétaire détaillant les plafonds de dépenses des ministères. Le budget de la recherche et de l'enseignement supérieur augmenter[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles