Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0661
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    2 406,70
    +8,70 (+0,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 827,45
    +497,51 (+0,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 371,97
    +59,35 (+4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,24
    +0,51 (+0,62 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2370
    -0,0068 (-0,55 %)
     

L’exécutif épinglé pour son manque d’ambition face au déficit public

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie.  - Credit:Grégory YETCHMENIZA / MAXPPP / PHOTOPQR/LE DAUPHINE/MAXPPP
Bruno Le Maire, ministre de l'Économie. - Credit:Grégory YETCHMENIZA / MAXPPP / PHOTOPQR/LE DAUPHINE/MAXPPP

Le Haut Conseil des finances publiques (HCFP) juge « peu ambitieuse » la trajectoire fixée par le gouvernement pour réduire le déficit public d'ici à 2027, dans un avis rendu dimanche à la veille de la présentation du projet de budget 2023. La trajectoire par laquelle le gouvernement entend ramener ce déficit de 5 % du PIB à 2,9 % sur la durée du quinquennat est aussi estimée « particulièrement fragile » par le HCFP, qui juge exagérément optimistes ses hypothèses « sur la croissance économique, sur la maîtrise de la dépense publique et sur la hausse des prélèvements obligatoires ».

Selon le Haut Conseil, organisme indépendant placé auprès de la Cour des comptes, le gouvernement « a surestimé » l'impact de l'ensemble des réformes qu'il projette de mettre en œuvre, à savoir des retraites, de l'assurance-chômage, du revenu de solidarité active (RSA) et de l'apprentissage, « en particulier dans les premières années de programmation ». Il précise que, pour toutes ces réformes, « ni les modalités, ni les impacts, ni le calendrier ne sont documentés ». Pour les retraites en particulier, « les économies qui en découleraient seraient de toute façon limitées à l'horizon de la période de programmation ».

Pas de retour rapide vers l'équilibre

La réforme des retraites n'est pas contenue dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, selon le texte consulté dimanche par l'AFP. La réforme pourrait être engagée par voie d'amendement durant le débat parlementair [...] Lire la suite