Marchés français ouverture 8 h 12 min
  • Dow Jones

    33 945,58
    +68,61 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    14 253,27
    +111,79 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 884,13
    +873,20 (+3,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1945
    +0,0020 (+0,17 %)
     
  • HANG SENG

    28 309,76
    -179,24 (-0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    27 092,99
    +297,64 (+1,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    767,68
    -26,65 (-3,36 %)
     
  • S&P 500

    4 246,44
    +21,65 (+0,51 %)
     

Le défi de contenir les inégalités sans entraver la croissance

·2 min de lecture

SOMMET "SAUVER LE BIEN COMMUN" – Alors que la crise du Covid a creusé les écarts de richesses et rendu l’impératif de croissance impérieux pour en sortir, les économistes Philippe Aghion, professeur au Collège de France, et Stefanie Stantcheva, à Harvard, et le patron de PWC France Bernard Gainnier, débattent du défi de relancer la croissance tout en corrigeant les inégalités.

Les inégalités sont-elles nécessaires à la croissance ou, au contraire, l’entravent-elle? Comment les réduire sans freiner la croissance? Et comment rendre la croissance plus inclusive? Un sujet au cœur de l’actualité en ces temps de crise causée par le Covid-19, et du débat entre les économistes Philippe Aghion, Stefanie Stancheva et Bernard Gainnier au Sommet "Sauver le bien commun" organisé conjointement par Challenges et la Toulouse School of Economics (TSE) tenu ce jeudi 27 mai.

Lire aussi

Pour Philippe Aghion, fervent promoteur de la "destruction créatrice" théorisée par Joseph Schumpeter, le moteur de la croissance est l’innovation et l’innovation est tirée par les entrepreneurs qui cherchent à faire fortune avec leurs découvertes. Il y a donc de "bonnes" inégalités, celles qui récompensent le talent d’inventeurs qui stimulent la croissance, la productivité, bousculent ou ouvrent de nouveaux marchés avec des produits et services disruptifs. En ce sens, le vertigineux accroissement de fortune des 1% les plus riches depuis une vingtaine d’années (plus aux Etats-Unis, mais aussi en Europe), n’est pas forcément, en soi, préoccupant. L’économiste montre ainsi que, dans une économie innovante, si cette inégalité "par le haut" des 1% croît, elle n’entraine pas une aggravation des inégalités globales (mesurées par l’indice de Gini) dans la société.

Casser les rentes, investir dans l'éducation

En ce sens, Philippe Aghion, qui a été un inspirateur de l’allègement de la taxation du capital menée par Emmanuel Macron en 2017 (demi-suppression de l’ISF et taxation forfaitaire des revenus du capital), ne pense pas qu’il soit forcément nécessaire de plus taxer les riches pour corriger les inégalités, surtout en France "déjà championne des prélèvements", il faut plutôt les encourager à investir. Même s’il reconnait que, en un geste de solidarité dans cette crise post-Covid, une taxe temporaire pour les plus fortunés se justifierait "à condition qu’elle ne soit prélevée qu’un[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles