La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 143,00
    -58,14 (-0,81 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 272,19
    -43,71 (-1,01 %)
     
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1416
    -0,0044 (-0,39 %)
     
  • Gold future

    1 817,30
    -4,10 (-0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    37 585,39
    -784,99 (-2,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 037,76
    +12,03 (+1,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,27
    +2,15 (+2,62 %)
     
  • DAX

    15 883,24
    -148,36 (-0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 542,95
    -20,90 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    28 124,28
    -364,82 (-1,28 %)
     
  • HANG SENG

    24 383,32
    -46,48 (-0,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3680
    -0,0030 (-0,22 %)
     

Défense: IXblue, la pépite high tech qui mène la vie dure aux Américains

·2 min de lecture

L'ETI française mène la vie dure à ses concurrents américains sur des marchés ultra-technologiques, comme les centrales inertielles pour sous-marins, satellites ou blindés. Mise en vente, elle a tapé dans l'oeil de Safran, Gorgé, Thales ou Wendel.

Quel est le point commun entre la Station spatiale internationale, les sous-marins nucléaires britanniques Astute et Vanguard et le drone sous-marin Ulyx de l’Ifremer, capable de plonger à 6.000m de profondeur ? Ne cherchez plus : tous intègrent des composants du français iXblue. Vingt ans après sa création, cette ETI discrète de 750 salariés et 150 millions d’euros de chiffre d’affaires s’est imposée comme une des pépites les plus stratégiques de l’industrie française. Sa spécialité : les équipements embarqués ultra high-tech : sonars, drones navals, systèmes de communication laser pour satellites... "Le point commun de toute nos activités, c'est leur fort contenu technologique, résume Fabien Napolitano, PDG du groupe. Nous consacrons 20 % de notre chiffre d’affaires à la R&D."

IXblue s’est notamment fait une place de choix sur le marché, ultra-stratégique des centrales inertielles. Ces instruments, qui intègrent des gyroscopes complexes, permettent aux avions, sous-marins, navires ou satellites de se situer sans GPS, pour rester opérationnels même en cas de brouillage, un scénario de plus en plus fréquent sur les théâtres d'opérations. Le champion français a déjà vendu plus de 25.000 exemplaires de ces équipements, dont la technologie n'est maîtrisée que par une poignée d'acteurs. " (qui fabrique ses centrales inertielles à Montluçon, NDLR), nos concurrents sont des grands groupes américains, comme Northrop Grumman et Honeywell", indique Fabien Napolitano.

Embarqué sur les frégates de l'US Navy

Sans complexes, le groupe tricolore a même réussi à placer ses centrales inertielles sur les frégates LCS de l’US Navy, et ses instruments optiques sur les satellites Grace-FO de la Nasa. Ces derniers mois, il a aussi été sélectionné par la marine finlandaise pour équiper des corvettes et par l'Espagne pour ses nouvelles frégates F110. "Avec son agilité et ses technologies, iXblue s’est imposé à l’export avant même de décoller en France", souligne Hervé Guillou, l’ancien pa[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles