La bourse ferme dans 7 h 8 min
  • CAC 40

    6 313,70
    +25,37 (+0,40 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 967,54
    +15,09 (+0,38 %)
     
  • Dow Jones

    34 021,45
    +433,79 (+1,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,2124
    +0,0040 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 833,00
    +9,00 (+0,49 %)
     
  • BTC-EUR

    41 391,88
    -399,77 (-0,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 382,62
    -5,28 (-0,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,62
    -0,20 (-0,31 %)
     
  • DAX

    15 234,83
    +35,15 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 010,34
    +47,01 (+0,68 %)
     
  • Nasdaq

    13 124,99
    +93,31 (+0,72 %)
     
  • S&P 500

    4 112,50
    +49,46 (+1,22 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 017,26
    +298,59 (+1,08 %)
     
  • GBP/USD

    1,4069
    +0,0018 (+0,13 %)
     

Visite en avant-première de l'Hôtel de La Marine, un joyau sur la Place de la Concorde

Eric Cornet
·1 min de lecture

Quatre ans de travaux ont été nécessaires pour rendre à une partie du bâtiment son cachet du XVIIIe siècle, lorsqu’il abritait le Garde-Meuble royal, avant que la Marine nationale n’investisse les lieux de 1789 jusqu’en 2015. Visite en avant-première.

Il a beau trôner fièrement sur la place de la Concorde, tout près de son jumeau (qui abrite notamment l’Hôtel Crillon), l’Hôtel de la Marine est un bâtiment inconnu des parisiens et des touristes. C’est donc un privilège qui nous est offert. D’emblée, monter les marches de l’escalier de marbre qui mène au 1er étage, c’est sentir le poids de l’histoire. Car même si de nombreuses "petites mains" s’affairent encore, entre échafaudages et bâches plastiques, sur les corniches, les plinthes ou les cheminées, pour les dernières finitions, le décor est déjà somptueux.

Aussi majestueux que Versailles

On se croirait même à Versailles, lorsqu’on entre dans le salon des apparats, où trônent, entre les dorures, les portraits des grandes gloires de la Marine nationale. Au bout de ce salon, une pièce plus petite : le salon diplomatique. Lorsque l’immense lustre, décroché ce jour-là pour être bichonné, aura été hissé au plafond, la pièce retrouvera toute sa majesté. Car il s’en est passé des choses ici...

Entre autres, la signature du décret d’abolition de l’esclavage, le 27 avril 1848. Détail insolite : on découvre, au fond de la pièce, une cachette exiguë, dans laquelle on pouvait se glisser (claustrophobe, s’abstenir !) pour écouter (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi