La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 813,34
    -219,37 (-1,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Découvert, crédit conso, surendettement... « Une crise assez dure se profile pour les Français »

stress
stress

+6,1% : le chiffre de la hausse des prix en juillet, dévoilé par l'Insee en pleines vacances d'été, a encore accentué l'inquiétude qui s'est emparée des Français depuis le début de l'année 2022. Tout le monde en est désormais conscient : l'épisode actuel de forte inflation est parti pour durer, et risque même de s'intensifier, dès cet hiver, avec la forte hausse attendue des prix de l'énergie.

Un coût de la vie qui augmente fortement, sans doute au-delà des 6% sur l'année 2022 ; des salaires qui progressent aussi, mais dans de moindres proportions (autour de 3%, en moyenne, cette année) : toutes les conditions sont de fait réunies pour assister à une dégradation quasi générale du pouvoir d'achat des ménages. Et donc, pour celles et ceux qui peinaient déjà à s'en sortir, à une accentuation des difficultés financières.

Pour certains, les difficultés sont déjà là. On en trouve déjà la trace dans les statistiques de l'Observatoire de l'inclusion bancaire de la Banque de France, désormais publiées chaque mois. Sur les 7 premiers mois de l'année 2022, les inscriptions au fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP) ont progressé de 18% ; celles au Fichier Central des Chèques (FCC) de 12%. En clair, de plus en plus de ménages ne parviennent plus à rembourser leurs crédits, ou n'ont d'autre choix que de faire des chèques et des paiements par carte sans provision suffisante sur leurs comptes.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- EXCLUSIF. Inflation : un Français sur deux a peur pour son budget
- Prêt immobilier : le boom du changement d'assurance
- PEL, livret d'épargne, prêt immobilier... Les gagnants et perdants de la hausse des taux de la BCE