Marchés français ouverture 8 h 28 min
  • Dow Jones

    34 033,67
    -265,66 (-0,77 %)
     
  • Nasdaq

    14 039,68
    -33,17 (-0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    29 291,01
    -150,29 (-0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,2000
    -0,0132 (-1,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 436,84
    -201,69 (-0,70 %)
     
  • BTC-EUR

    32 237,83
    -1 461,61 (-4,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    961,10
    -31,37 (-3,16 %)
     
  • S&P 500

    4 223,70
    -22,89 (-0,54 %)
     

Déconfinement : l'appel "à garder raison" de Karine Lacombe

·1 min de lecture

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, Karine Lacombe est devenue l'une des personnalités les plus présentes sur les plateaux de télévision. L'infectiologue, cheffe du service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital Saint-Antoine (Paris), est régulièrement invitée par les journalistes pour commenter les mesures prises par le gouvernement pour combattre la Covid-19, notamment le calendrier de déconfinement progressif. La première étape a eu lieu lundi 3 mai 2021, avec la fin des restrictions de déplacements inter-régionaux, et surtout la fin de l'attestation de sortie. Le 19 mai 2021, le couvre-feu sera repoussé à 21h, les terrasses et lieux culturels pourront rouvrir. Le 9 juin 2021, le couvre-feu sera de nouveau repoussé à 23h, les bars et restaurants pourront rouvrir et les Français pourront retourner dans les salles de sport, avant de voir la levée de toutes les restrictions le 30 juin 2021. Mais Karine Lacombe s'est montrée quelque peu pessimiste face à ce projet.

Dimanche 16 mai, Karine Lacombe était l'invitée de BFMTV et une fois encore, elle a tenu à rappeler aux Français qu'il était important de faire attention à ne pas trop se relâcher une fois les restrictions levées. Face aux légères améliorations des chiffres concernant l'épidémie, elle a déclaré : "C'est toujours mieux que rien mais évidemment, ce n'est pas suffisant pour complètement abandonner le masque et ne plus faire attention quand on va se retrouver dans des espaces clos". Une seule solution (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite