La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 002,85
    -153,84 (-0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 949,88
    -163,90 (-1,35 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0741
    +0,0010 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    21 399,96
    -129,52 (-0,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    529,60
    -7,29 (-1,36 %)
     
  • S&P 500

    4 126,36
    -37,64 (-0,90 %)
     

Déclin ou résistance économique? Cinq raisons d’espérer en 2023

CFOTO/Sipa USA/SIPA

EDITORIAL - Guerre en Ukraine, crise de l'énergie, inflation... Les perspectives économiques ne semblent pas réjouissantes pour l'année 2023. Pourtant, les tendances en provenance des Etats-Unis et les chiffres des Bourses offrent des raisons d'espérer des jours meilleurs.

"Dr. Doom" est en tournée. A New York, où Challenges avait échangé avec lui dans son dernier numéro, puis à Paris, et enfin cette semaine à Davos, Nouriel Roubini, alias "Docteur Catastrophe", répète ses Mégamenaces, dix dangers qui mettent en péril notre économie (éd. Buchet Chastel). L’homme qui avait prévu la crise de 2007 sera-t-il entendu au World Economic Forum, cette réunion où, selon l’ultra-riche Warren Buffett, "des milliardaires à la tribune expliquent à des millionnaires dans la salle comment les classes moyennes doivent changer leur comportement"?

Lire aussiStagflation, fin de la mondialisation, climat : Nouriel Roubini prévoit le pire pour 2023 et après

Un secteur résilient

En tout cas, Dr Doom ne s’est pas arrêté au petit Davos qu’organise chaque début d’année à Paris Stéphane Boujnah, le président d’Euronext, et qui rassemblait une centaine de chefs d’entreprise, banquiers, économistes, investisseurs et opérateurs de marché... Sans doute aurait-il trouvé le titre de la séance ("C’est bon pour la croissance 2023") beaucoup trop rassurant, à l’image de son chef d’orchestre, incorrigible optimiste et inlassable fédérateur des Bourses européennes qui traitent désormais deux fois plus de transactions que le London Stock Exchange. Car à ces dix mégamenaces de Roubini, l’assemblée parisienne allait opposer cinq bonnes raisons d’espérer, et pas seulement parce que le CAC 40 caracole depuis le début de l’année 2023 au-dessus des 7.000 points, comme si les marchés avaient oublié un certain 24 février 2022, date de l’invasion de l’Ukraine, où il clôturait à 6.500 points.

Les nouveaux chiffres venus d’outre-Atlantique sur le front de l’inflation, avec un fort retrait ces derniers mois (6,5% fin décembre 2022, pour 7,1% fin novembre), sonnaient la charge des bonnes nouvelles. Les très fortes liquidités, toujours prêtes à être investies après l’épargne forcée post-Covid, témoignaient de la persistance de poudre sèche: argent des riches (1.000 milliards de dollars [...]

Lire la suite sur challenges.fr