La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 903,11
    -194,15 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    11 295,48
    +167,64 (+1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    26 423,47
    +269,66 (+1,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0268
    -0,0156 (-1,50 %)
     
  • HANG SENG

    21 853,07
    +22,72 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    19 720,58
    +315,66 (+1,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    437,39
    -2,64 (-0,60 %)
     
  • S&P 500

    3 822,25
    -3,08 (-0,08 %)
     

Le déclin démographique envahit l'Asie

Thomas Peter

Après le Japon, la natalité chute en Chine et Corée du Sud, freinée par le coût de la vie. The Economist présage une crise.

Cité comme exemple du déclin démographique des pays riches pendant longtemps, se fait rattraper, voire dépasser, sur ce plan par une bonne partie de l'Asie. A 1,3 enfant par femme, son taux de fécondité le place à égalité avec la Chine continentale. Pékin doit de son côté gérer une crise de natalité de grande ampleur et à vitesse accélérée, puisque 10,6 millions de petits chinois sont nés l'an dernier, contre 12 millions en 2020.

La fécondité nippone est désormais supérieure à celle de toutes les économies développées d' du Sud-Est. En , à Hong-kong, Macao, Singapour et Taïwan, les chiffres se situaient entre 0,8 et 1,1 en 2020 (voir graphique) . Ces pays ont trois choses en commun. La première est la rareté des enfants nés hors mariage: environ 2% des naissances au Japon et en Corée du Sud, contre 30 à 60% dans les pays occidentaux.

Education et logement

Le deuxième facteur est la cherté de l'éducation. C'est la raison principale évoquée par les jeunes parents nippons pour avoir moins d'enfants. Et ce coût est encore plus élevé ailleurs, comme à Singapour ou à Shanghai. Selon plusieurs chercheurs, l'explication pourrait aussi se trouver du côté de la sollicitation et de la pression parentale, avec des examens déterminants pour les enfants dès les petites classes à Singapour et à Shanghai, alors qu'au Japon, l'âge fatidique pour l'orientation scolaire reste à 15 ans.

Dernier facteur enfin: . C'est peut-être la raison pour laquelle s'en tire mieux que ses voisins. En Chine et dans la plus grande partie de l'Asie du Sud-Est, acheter une maison est extrêmement difficile pour les jeunes couples. La Corée du Sud, par exemple, dont le taux de fécondité (0,8) est le plus bas de la région, présente un ratio prix du logement sur revenu (soit le nombre d'années de revenu nécessaire pour pouvoir s'acheter son logement) de 16,6 ans. C'est le plus élevé de l'OCDE après la Nouvelle-Zélande. Au Japon, le ratio n'est que de 7,5, soit l'un des plus bas.

Il faut dire que le marché [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles