La bourse ferme dans 5 h 25 min
  • CAC 40

    6 558,74
    +30,42 (+0,47 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 769,58
    +13,52 (+0,36 %)
     
  • Dow Jones

    33 980,32
    -171,69 (-0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,0172
    -0,0008 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    1 781,60
    +4,90 (+0,28 %)
     
  • BTC-EUR

    23 140,77
    -468,57 (-1,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    559,67
    -13,14 (-2,29 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,23
    +1,12 (+1,27 %)
     
  • DAX

    13 723,95
    +97,24 (+0,71 %)
     
  • FTSE 100

    7 513,22
    -2,53 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    12 938,12
    -164,43 (-1,25 %)
     
  • S&P 500

    4 274,04
    -31,16 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 942,14
    -280,63 (-0,96 %)
     
  • HANG SENG

    19 763,91
    -158,54 (-0,80 %)
     
  • GBP/USD

    1,2066
    +0,0015 (+0,12 %)
     

Décarbonation et désenclavement: Jean Castex présente son programme pour l'Agence de financement des transports

ELIOT BLONDET-POOL-SIPA

L'ancien Premier ministre Jean Castex, auditionné mercredi à l'Assemblée nationale en tant que futur président de l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFIT France), a reconnu la nécessité d'investir massivement dans le ferroviaire pour décarboner les transports, mais sans oublier la route, essentielle "pour désenclaver les territoires".

L'ancien Premier ministre Jean Castex, auditionné mercredi à l'Assemblée nationale en tant que futur président de l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFIT France), a reconnu la nécessité d'investir massivement dans le ferroviaire pour décarboner les transports, mais sans oublier la route, essentielle "pour désenclaver les territoires".

"Tantôt on me présente comme un fervent défenseur du train, ce qui est exact et revendiqué, et tantôt comme un chaud partisan de la route. Je pense qu'il faut les deux", a assuré Jean Castex devant la commission du développement durable de l'Assemblée nationale.

S'il a validé l'intention du président de la SNCF Jean-Pierre Farandou de doubler la part modale du train dans les déplacements des Français en la faisant passer de 10 à 20%, la route reste une infrastructure essentielle à ses yeux.

"Pour désenclaver les territoires, nous devons investir dans la route", a-t-il insisté, revendiquant la relance de plusieurs projets routiers à l'arrêt depuis de nombreuses années lorsqu'il était à Matignon.

Alors que Jean-Pierre Farandou réclame 100 milliards d'investissement dans le ferroviaire sur 15 ans, Jean Castex a reconnu que les investissements pour la régénération du réseau étaient "insuffisants". "Mais c'est quand même nettement supérieur aux dix années précédentes", a-t-il souligné.

Le député David Valence (Horizons), également président du Conseil d'orientation des infrastructures, a rappelé que la rénovation de l'intégralité des petites lignes en France coûterait 7 milliards d'euros sur dix ans.

"Nous avons triplé les moyens affectés aux petites lignes", à près de 180 millions d'euros entre 2020 et 2022, a tenu à rappeler Jean Castex.

"Je peux reconnaître que ces 180 millions sont insuffisants mais grâce à ça nous avons remis à niveau 1.500 km de petites lignes", a insisté l'ancien Premier ministre.

Accusé de privilégier le "tout TGV" au détriment des trains du quotidien, M. Castex a contesté l'existenc[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles