La bourse est fermée
  • CAC 40

    4 594,24
    +24,57 (+0,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    2 958,21
    -1,82 (-0,06 %)
     
  • Dow Jones

    26 501,60
    -157,51 (-0,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,1650
    -0,0029 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 878,80
    +10,80 (+0,58 %)
     
  • BTC-EUR

    11 606,84
    +13,78 (+0,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    265,42
    +1,78 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    35,72
    -0,45 (-1,24 %)
     
  • DAX

    11 556,48
    -41,59 (-0,36 %)
     
  • FTSE 100

    5 577,27
    -4,48 (-0,08 %)
     
  • Nasdaq

    10 911,59
    -274,00 (-2,45 %)
     
  • S&P 500

    3 269,96
    -40,15 (-1,21 %)
     
  • Nikkei 225

    22 977,13
    -354,81 (-1,52 %)
     
  • HANG SENG

    24 107,42
    -479,18 (-1,95 %)
     
  • GBP/USD

    1,2951
    +0,0028 (+0,22 %)
     

Le cybersquattage, ce phénomène méconnu qui peut empoisonner la vie des internautes

·1 min de lecture

Imaginez que vous tombiez un jour sur un site qui porte votre nom ? Vous ne seriez pas au courant, et le site ne proposerait pas vraiment des contenus en accord avec votre volonté... C’est un phénomène peu connu des internautes. Pourtant le cybersquattage, qui peut s’apparenter à une usurpation d’identité ou à une escroquerie sans pour autant être illégal, se répand de plus en plus sur la toile. Chaque année, 200 cas de cybersquattage sont signalés à l’Association française pour le nommage internet en coopération (AFNIC). Pierre Bonis, le directeur général de l’AFNIC, était l’invité de Culture médias sur Europe 1 pour expliquer ce phénomène, en hausse de 38% entre janvier et septembre 2019.  

>> Retrouvez Culture Médias en replay et en podcast ici

C’est quoi, le cybersquattage ?

"Le cybersquattage c’est le fait d’occuper un espace sur internet qui pourrait ou devrait être occupé par quelqu’un d’autre", explique Pierre Bonis. Il s'agit, par exemple, de prendre le nom de domaine d'une entreprise ou d'une personnalité, sans avoir de liens avec eux. "Il y a plusieurs intérêts : revendre cet espace à la personne légitime qui devrait l’occuper, réaliser des arnaques en se faisant passer pour une grande marque ou un site de e-commerce et récupérer des numéros de cartes bleues. Un autre motif peut être la vengeance, comme par exemple quand des partenaires commerciaux se séparent : l’un d’entre eux va prendre le nom de son partenaire pour l’empêcher d’aller sur internet. Le mot...


Lire la suite sur Europe1