La bourse ferme dans 4 h 10 min

Cybersecurité : l'offre gratuite de Nextino

latribune.fr

Bernard Peultier, dirigeant de Nextino, aurait déjà séduit une centaine d'entreprises avec son offre de licence gratuite de Live Navigator proposée depuis le 16 mars. Ce logiciel lancé en 2018 par Atempo-Wooxo assure la sécurisation des informations non structurées inscrites sur les serveurs, pour les sites distants, les postes de travail, et les ordinateurs portables pour les itinérants. Une spécificité largement recherchée en période d'accélération massive du télétravail comme aujourd'hui. « Notre cible est en premier lieu les PME et les ETI qui n'étaient pas préparées au basculement vers le travail à domicile contrairement aux grands groupes mieux armés, explique Bernard Peultier. Nous leur permettons ainsi gratuitement d'assurer la continuité de leur activité en toute sérénité ». Nextino a mobilisé ses 14 salariés, tous en télétravail, pour répondre à une demande qui devrait encore croître. Depuis le début du confinement en raison de l'épidémie du coronavirus Covid 19, l'accroissement exponentiel de la circulation des données engendré par le télétravail a eu pour conséquence une augmentation de l'ordre de 15% des attaques de Hackers, selon Bernard Peultier.

Géants des médias et de l'aéronautique

Créée en 2019 et basé au LAB'O d'Orléans, Nextino constitue le centre d'innovation d'Atempo-Wooxo. L'un des leaders français de la sécurité des données et des réseaux, le groupe propose une palette complète d'outils contre les cyber-attaques, des anti-virus ultra-puissants aux solutions de sauvegarde les plus élaborées. Les solutions d'Atempo-Wooxo sont utilisée notamment chez de grands acteurs internationaux des médias comme Viacom et 20th Century Fox. En France, elles sont en service au sein des géants de l'aéronautique et de la Défense (Thales, Safran). Ces pares-feux virtuels protègent également les données sensibles de la Délégation Générale des Finances Publiques (DGFIP) dépendant de Bercy et de la Direction Générale de

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr