La bourse ferme dans 3 h 18 min
  • CAC 40

    6 758,52
    +4,55 (+0,07 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 990,45
    +5,95 (+0,15 %)
     
  • Dow Jones

    34 395,01
    -194,76 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0539
    +0,0010 (+0,09 %)
     
  • Gold future

    1 813,50
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    16 207,34
    -183,06 (-1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    405,12
    -1,03 (-0,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,83
    +0,61 (+0,75 %)
     
  • DAX

    14 557,72
    +67,42 (+0,47 %)
     
  • FTSE 100

    7 542,74
    -15,75 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,45
    +14,45 (+0,13 %)
     
  • S&P 500

    4 076,57
    -3,54 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2276
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Cybersécurité: la demande de rançons en ligne, un art de professionnel

FSB/TASS/Sipa USA/SIPA

Pirates isolés ou réseaux disséminés sur la planète, ils s'infiltrent dans les données de leurs cibles pour les rançonner. Pour certains, inspirés par le monde de la tech, la cybercriminalité est devenu un business comme un autre.

Des portes défoncées, des hommes menottés, plaqués au sol. Le démantèlement du se devait d'être exemplaire. Le vendredi 14 janvier, les services de sécurité russes communiquaient sur les résultats de vingt-cinq descentes musclées, menées à la demande du FBI américain: 14 interpellations et la saisie d'une vingtaine de voitures de luxe, plus de 6 millions d'euros en liquide et plusieurs portefeuilles de cryptomonnaies.

La vidéo de l'opération, filmée caméra à l'épaule, a été . Un avertissement ? Placés en détention provisoire, huit suspects étaient déférés devant les juges au mois de février dernier à Moscou. La justice russe les accuse d'avoir organisé une série d'attaques au "ransomware" contre des dizaines de cibles dans le monde, dont celle de la Colonial Pipeline, le plus grand oléoduc du Texas, en mai 2021, ou encor et le constructeur taïwanais, Acer.

Véritables franchises

Accusés de fermer les yeux sur l'existence de ces groupes, les pays de l'ex-bloc soviétique abritent aujourd'hui une importante communauté de hackers. "Certains logiciels malveillants, comme celui de LockBit, sont connus pour ne pas s'attaquer à des sites en cyrillique", pointe Alban Ondrejeck, ancien officier du renseignement militaire et cofondateur d'Anozr Way, société de conseil en cyberdéfense.

Un tropisme qui s'explique à la fois par le niveau d'éducation de ces pays, qui forment d'excellents ingénieurs informatiques, et par les perspectives économiques médiocres de la région. "L'ingénieur informatique russe auquel on propose un salaire mensuel de 600 euros par mois sera tenté de basculer dans le piratage, bien plus lucratif", .

La Russie n'est pas le seul pays à donner asile à ces criminels. Dans un message publié le 28 février sur son site, LockBit revendique des membres en Chine, aux Etats-Unis et au Canada. "Nos serveurs sont localisés aux Pays-Bas et aux Seychelles", vont jusqu'à affirmer les administrateurs du groupe, qui se déclare apolitique.

Les organisations les plus structu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi