La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    39 518,65
    +506,49 (+1,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3921
    -0,0091 (-0,65 %)
     

Cyberattaques : Macron promet une riposte à un millard après le piratage des hôpitaux

·1 min de lecture

Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, a écouté pendant une heure jeudi matin, en visioconférence, médecins et cadres des hôpitaux de Dax et de Villefranche-sur-Saône lui raconter comment des pirates informatiques ont entièrement paralysé leur établissement les 8 et le 15 février dernier. Dossiers des patients, téléphonie, appareils chirurgicaux, gestion des médicaments, rendez-vous, affectation des lits et des médecins, tout a été bloqué. Post-it, tableaux de services faits à la main et cahiers de rendez-vous ont tant bien que mal pris le relais, mais des opérations ont été déprogrammées et des patients envoyés dans d'autres hôpitaux.

 

>> A LIRE AUSSIPourquoi les hôpitaux sont la nouvelle cible privilégiée des cyberattaques

Des équipes de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) sur place s'efforcent depuis de reconstruire des réseaux informatiques sains et de récupérer les données, dont une partie était à l'abri dans des sauvegardes. Il faudra probablement des semaines pour retrouver un fonctionnement normal. Les hôpitaux, comme toutes les administrations, ont "pour consigne stricte de jamais payer" de rançons, avait rappelé l'Elysée mercredi, alors que ces attaques ont quadruplé en 2020, dont 11% visaient des hôpitaux. En pleine pandémie, ces attaques constituent "une crise dans la crise", a noté le chef de l'Etat.

Créer un "écosystème de la sécurité" 

L'exécutif a prévu d'affecter un milliard d'euros, dont 720 millions de fonds publics, p...


Lire la suite sur Europe1