Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0658
    +0,0011 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    2 401,80
    +3,80 (+0,16 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 148,01
    +585,59 (+0,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 385,61
    +72,99 (+5,56 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,22
    +0,49 (+0,59 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2373
    -0,0066 (-0,53 %)
     

Cyberattaque de France Travail : que faire en cas de violation de vos données personnelles ?

Pixabay

On ne le sait que trop bien : il va falloir de plus en plus composer avec les cyberattaques. France Travail en a été victime, comme l'organisme l’a lui-même annoncé, mercredi 13 mars. Plus de 43 millions de personnes seraient concernées par cette attaque informatique, qu’elles soient actuellement inscrites ou l'aient été lors des vingt dernières années. En outre, il suffit d’avoir un espace candidat sur la plateforme pour avoir été une cible des hackers. Si vous êtes concernés, sachez que les malfrats ont pu récupérer vos données d’identification personnelles.

Les hackers ont ainsi accès aux prénoms, noms, dates et lieux de naissance, numéros de Sécurité sociale, identifiants France Travail, numéros de téléphone, adresses postales et adresses e-mail des personnes piratées. Fort heureusement, les données bancaires et les mots de passe ne seraient pas concernés par la cyberattaque. Vous n’avez pas à chercher à savoir si vous faites partie des victimes. En effet, si vous êtes concerné, France Travail vous le notifiera dans votre espace personnel ou par e-mail.

Si vous faites partie des 43 millions de personnes victimes, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) vous délivre ses précieux conseils, relayés par Le Parisien. Tout d’abord, il faut être particulièrement vigilant aux e-mails ou SMS que vous pourriez recevoir, surtout s’il vous est demandé d’effectuer un virement ou un paiement quelconque. En outre, il faut absolument bien vérifier l’origine d’un message (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Amélie Oudéa-Castéra mise en examen pour diffamation envers Noël Le Graët : les coulisses de l'affaire
Tourisme : le train de nuit, écologique et économique ?
iPhone : pour acquérir ce premier modèle, il faudra débourser plus de 90 000 euros !
JO 2024 : branle-bas de combat dans les Armées pour la lutte anti-drones malveillants
La Défense : que faisait Barack Obama mercredi dans le quartier d’affaires ?