La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 260,64
    -218,96 (-0,64 %)
     
  • Nasdaq

    14 115,84
    +46,41 (+0,33 %)
     
  • Nikkei 225

    29 161,80
    +213,07 (+0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,2121
    +0,0015 (+0,12 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,23 (+0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    32 518,00
    +1 483,83 (+4,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    984,96
    +16,12 (+1,66 %)
     
  • S&P 500

    4 237,90
    -9,54 (-0,22 %)
     

Cuivre: le monde risque-t-il une pénurie d'or rouge?

·2 min de lecture

Indispensable à la transition énergétique, le métal rouge bat tous les records depuis début mai, à plus de 10.000 dollars la tonne. Selon le rapport Cyclope, la demande devrait doubler ces prochaines décennies.

Où s'arrêtera l'explosion des cours du cuivre? Dix ans après son précédent record de 2011, le cours du métal rouge a battu son record historique le 17 mai, atteignant plus de 10.700 dollars la tonne au London Metal Exchange (LME). Une ascension folle portée par le rebond de la demande chinoise (60% de la consommation et 50% des importations mondiales), mais aussi le caractère stratégique du cuivre pour la transition énergétique (voiture électrique, photovoltaïque, éoliennes...). Selon le , publié le 26 mai, la demande de ce nouvel or rouge devrait doubler ces prochaines décennies. "A l'inverse d'autres métaux comme le cobalt, qu'on peut partiellement remplacer par du nickel sur certaines applications, le cuivre est très difficilement substituable", souligne Yves Jégourel, professeur à l'université de Bordeaux et coéditeur du rapport Cyclope.

Très utilisé dans la construction, l'industrie, les semi-conducteurs ou les transports, le métal rouge est également indispensable sur tous les grands marchés de la transition énergétique. Il faut 80 à 170 kg de cuivre pour fabriquer une voiture électrique, souligne le rapport Cyclope, soit trois à quatre fois plus qu'un véhicule thermique. Dans le photovoltaïque, 10 tonnes de métal rouge sont nécessaires par MW installé. L'éolien offshore est aussi très consommateur de câbles en cuivre. Résultat: selon Carmignac, la demande de cuivre pourrait augmenter d'un peu plus de 20 millions de tonnes aujourd'hui à 30 millions de tonnes en 2030.

Les mines sous tension

Le problème, c'est que l'offre est sous forte tension. Les mines de cuivre, très centrées sur le Chili, la Chine et le Pérou, ainsi que la République démocratique du Congo et les Etats-Unis, ont le plus grand mal à suivre la demande. La moindre menace de mouvement social au Chili, de loin premier producteur mondial, fait tressaillir les marchés. Une , soulignant des stocks de seulement trois semaines de consommation. L'analyste de BofA, Michael Widemer, anticipait une possib[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi