La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    38 927,78
    -2 760,04 (-6,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Cuba adopte une loi sur le bien-être animal, première victoire de la société civile

·1 min de lecture

Cuba vient de se doter d’un décret-loi sur le bien-être animal revendiqué par une société civile émergente. Les défenseurs des animaux ont salué la publication de cette première loi pour la protection des animaux. Pour la première fois à Cuba, une mobilisation citoyenne fait donc loi.

Avec notre correspondante à La Havane, Domitille Piron

C’est une première à plusieurs niveaux : Cuba était en retard sur la protection des animaux, ceux-ci sont désormais considérés comme des êtres doués de sensibilité et doivent être « pris en charge, soignés et protégés » et des amendes sont prévues en cas de maltraitance.

Mais c’est surtout une étape importante pour la société civile cubaine qui parvient là à faire changer pour la première fois la politique du pays gouverné par le seul parti communiste depuis plus de 50 ans.

La mobilisation citoyenne et les revendications massives sur les réseaux sociaux ont permis de faire pression pour l’adoption de cette politique. Et sur les réseaux sociaux justement, les animalistes ont salué la publication du décret sur le bien-être animal, mais qui ne va pas assez loin selon certains.

En effet, si les combats de chiens ont été interdits, les combats de coqs, tradition cubaine depuis l’époque coloniale, restent autorisés dans le cadre de clubs. Mais pour les défenseurs des animaux, cela reste de la cruauté pure et simple.

Quant aux sacrifices religieux, impossible de les interdire à Cuba, tant les religions afro-cubaines pratiquant ces cérémonies sacrificielles sont répandues. Le décret-loi précise simplement qu’elles devront être réalisées « avec compassion et rapidité ». Le décret-loi entrera en vigueur dans 90 jours.

À lire aussi : Défense des animaux à Cuba: quand une mobilisation citoyenne devient loi