Marchés français ouverture 5 h 1 min
  • Dow Jones

    34 548,53
    +318,19 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 632,84
    +50,42 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    29 412,23
    +80,86 (+0,28 %)
     
  • EUR/USD

    1,2069
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    28 805,56
    +168,10 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    46 571,88
    -881,19 (-1,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 458,55
    -12,86 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    4 201,62
    +34,03 (+0,82 %)
     

Les cryptomonnaies ne sont pas neutres pour la démocratie

·2 min de lecture

TRIBUNE - Les devises virtuelles privatisent l’émission de monnaie, sans garantie d’un Etat. Natacha Valla, Doyenne de l’Ecole de management et de l’innovation de Sciences-Po (Le Futur de la monnaie, éd. Odile Jacob) défend la stabilité d’un système fiduciaire.

Nos moyens de paiement connaissent une évolution effrénée qui conduit à une évaluation de leur rôle. Selon la croyance monétaire la plus répandue mais pas toujours vérifiée, la monnaie serait neutre, c’est-à-dire indépendante des choix individuels et collectifs. Ensuite, la finance serait capable d’évaluer par les prix des actifs les risques à venir. Cela reste à voir. Le fait est que nous sommes habitués à la monnaie sous forme matérielle depuis des siècles. L’arrivée de moyens de paiement dématérialisés est de ce point de vue la fin d’une forme de conformisme. Au point que cette dématérialisation est parfois associée à de nouvelles formes de monnaies qui échapperaient aux banques centrales.

La mise en avant d’un projet libertaire fait oublier que ces nouvelles formes de monnaies ne sont pas neutres et occultent la question de leur financement, notamment les avantages numéraires que s’octroient leurs émetteurs. Il faut favoriser la mise en place de moyens de paiement dématérialisés, efficaces, fluides et non coûteux. Faut-il pour autant s’affranchir des émetteurs souverains ? Est-ce qu’il est indifférent que l’émetteur soit privé? L’hypothèse de la neutralité de la monnaie pourrait le faire croire. En réalité, c’est une question démocratique essentielle car il s’agit de déléguer au privé un bien public, le système de paiement.

Actifs financiers purs, sans garantie ni valeur.

Si le liquide disparaît, le pouvoir de monopole par des opérateurs privés sur les réseaux de paiement devient un possible tangible. Quand on possède une monnaie fiduciaire, il existe une contrepartie, une dette entre l’Etat et l’utilisateur. Ce dernier peut à tout moment échanger sa monnaie. Le pacte de confiance et de stabilité est assuré par la banque centrale. Pour la plupart des monnaies virtuelles, dont le bitcoin, il n’y a pas de contrepartie. Ce sont des actifs financiers purs, sans garantie ni valeur.

, que Facebook souhaitait lancer en 2019, reposait sur une idée différente. Elle aura[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi