Marchés français ouverture 1 h 36 min
  • Dow Jones

    33 919,84
    -50,63 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    14 746,40
    +32,49 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,75
    -155,96 (-0,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,1729
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    35 846,15
    -450,99 (-1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 039,49
    -24,36 (-2,29 %)
     
  • S&P 500

    4 354,19
    -3,54 (-0,08 %)
     

Crypto.com : L’astuce du PSG pour signer un sponsor illégal en France

·1 min de lecture

C’est en grande pompe que le Paris Saint-Germain a annoncé vendredi 10 septembre la signature d’un nouveau contrat de sponsoring avec Crypto.com. La plateforme d’échange de cryptomonnaies, basée à Hong Kong et forte de 122 millions d’utilisateurs à travers le monde, est l’un des acteurs majeurs du secteur. Selon L’Équipe, le contrat porterait sur 25 à 30 millions d’euros par saison pour s’afficher comme “la plateforme de cryptomonnaies officielle” du nouveau club de Lionel Messi. Sauf qu’il pourrait y avoir un “hic” réglementaire.

Selon le Code de la consommation, “toute opération de parrainage (le sponsoring sportif entre dans ce cadre, ndlr) ou de mécénat est interdite lorsqu'elle a pour objet ou pour effet la publicité, directe ou indirecte, en faveur (...) de services sur actifs numériques”. Pour que Crypto.com s’affiche en France comme un sponsor du PSG, l’entreprise doit être titulaire d’un "agrément" de Prestataire de services sur actifs numériques (PSAN) délivré par l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Celui-ci est très difficile à obtenir et aucune entreprise ne l’a encore jamais eu. Il se distingue du simple "enregistrement" de PSAN, plus souple, délivré à 22 sociétés cryptos jusqu’à présent. Crypto.com n’en a aucun des deux, mais le PSG semble avoir trouvé une astuce pour s’arroger le juteux contrat.

>> Notre service - Investissez dans les cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum…) grâce à notre plateforme d’achat de vente en ligne partenaire

Le logo de Crypto.com n’était (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

70.000 emplois à pourvoir dans l'industrie en France "mais nous n'arrivons pas à recruter", dénonce Agnès Pannier-Runacher
Evergrande, poids lourd de l’immobilier en Chine, face à des "difficultés sans précédent", faillite en vue ?
Volotea à l’amende pour avoir payé en Espagne des pilotes travaillant à Bordeaux
Uber : la décision des Pays-Bas sur les chauffeurs est un coup dur !
Inflation, Covid-19, Fed… les risques selon Pictet AM : le conseil Bourse du jour

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles