La bourse ferme dans 6 h 9 min
  • CAC 40

    6 236,96
    -59,73 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 991,60
    -28,31 (-0,70 %)
     
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2067
    +0,0026 (+0,22 %)
     
  • Gold future

    1 767,60
    -3,00 (-0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    45 583,13
    -2 129,11 (-4,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 239,80
    -59,16 (-4,55 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,21
    +0,83 (+1,31 %)
     
  • DAX

    15 305,28
    -63,11 (-0,41 %)
     
  • FTSE 100

    6 958,08
    -42,00 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     
  • Nikkei 225

    29 100,38
    -584,99 (-1,97 %)
     
  • HANG SENG

    29 135,73
    +29,58 (+0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,3986
    +0,0002 (+0,02 %)
     

“Mon crush de confinement sur une appli gay n'a pas passé l'épreuve du réel”

Pauline Verduzier
·2 min de lecture

“Pendant le premier confinement, j’étais célibataire. Au début, j’ai voulu éviter tout ce qui avait trait à la sexualité. Mais au bout de quelques semaines, alors que je recevais des notifications de rappel de la part des applications de rencontre pour m’inciter à y retourner, j’ai fini par les rouvrir. À ce moment-là, un mec m’a proposé un “plan cam”, c’est-à-dire se toucher ou faire l’amour par webcams interposées.

On s’est donné rendez-vous dans l'après-midi et j’ai rangé mon salon pour faire place nette. On s’est appelés et il était vraiment en mode confiné : les cheveux en pétard, dans son lit, en train de boire une bière. Sur sa table de chevet, il y avait des bouteilles vides et des restes de pizza tachaient ses draps. L’image s’est figée, la conversation avait beaucoup d’interférences. Quand la connexion s’est rétablie, j’ai eu droit à un gros plan sur ses testicules ! Ce n'était pas du tout sexy, ce mec en train de s’exciter tout seul. J'ai raccroché, un peu penaud. Le soir même, je me suis maté un porno.

'Ce soir, c’est ton soir'

Quelques jours plus tard, pour faire face à ma lassitude, j'ai décidé de faire quelque chose pour moi. Je me suis dit : 'Ce soir, c’est ton soir.' Je me suis préparé comme si j’allais recevoir un amant. Je me suis douché, rasé et parfumé. J’ai allumé des bougies et j’ai même mis une playlist de 'R’n’B lover'. Je me suis préparé pour me faire l’amour à moi-même. L'ego-trip total ! Et j’y ai passé deux heures... C’était comme si je redécouvrais mon corps. L’isolement avait exacerbé mes frustrations et rendait la chose beaucoup plus intense. C'est ridicule quand j'y repense, mais à ce moment précis du confinement, j'en avais vraiment besoin.

Lire la suite...