Marchés français ouverture 6 h 23 min
  • Dow Jones

    35 457,31
    +198,70 (+0,56 %)
     
  • Nasdaq

    15 129,09
    +107,28 (+0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    29 387,63
    +172,11 (+0,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,1632
    -0,0005 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    25 787,21
    +377,46 (+1,49 %)
     
  • BTC-EUR

    55 126,37
    +1 235,05 (+2,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 484,36
    +21,00 (+1,43 %)
     
  • S&P 500

    4 519,63
    +33,17 (+0,74 %)
     

On la croyait disparue, elle est de retour : l’inflation !

·2 min de lecture

Pas encore d’inflation pour les banques centrales : la menace de l’inflation, c’est un peu comme le père fouettard pour les enfants : on en parle beaucoup, mais on ne la voit jamais. Depuis 30 ans, l’augmentation des prix est contrainte entre 0 et 2% maximum en raison des politiques monétaires des banques centrales. Aux États-Unis, la Fed a deux objectifs : le plein emploi et la maîtrise des prix. Depuis sa création, la BCE avait pour principe que l’inflation ne dépasse pas les 2%. On s’était donc habitué à ce monde monétaire stable : pas d’inflation, pas d’augmentation des taux d’intérêt, une croissance faible pour les pays développés. Augmentation des prix des matières premières Et puis la crise sanitaire a bouleversé cet équilibre en moins de 18 mois. Pour permettre aux économies de survivre, les États ont injecté des liquidités comme jamais auparavant. Des milliards de dollars et d’euros mis à disposition des banques pour financer «la relance». Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela a été efficace ! Résultat, une tension sur l’ensemble des matières premières. Par exemple et ce n’est pas si anecdotique que ça, le bois de construction a connu une flambée des prix de 30% en six mois. Les entreprises n’arrivent pas, pour certaines, à sécuriser leurs approvisionnements et leurs marges. Le prix de l’énergie grimpe à nouveau très fort. Les salaires vont suivre Ce phénomène est intensifié par les envies de relocalisation de certaines productions. La globalisation entamée dans les années 80 a eu pour effet d’importer de la déflation et donc de limiter l’augmentation des prix. Faire fabriquer à bas coût permet de remplir les rayons des supermarchés des pays développés des produits moins chers. À salaire égal, le pouvoir d’achat augmente ! Rapatrier les usines sur les lieux de consommation, avec des salaires plus élevés, fait augmenter les Cliquez ici pour lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles