Publicité
La bourse ferme dans 4 h 39 min
  • CAC 40

    7 954,14
    +42,54 (+0,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 868,01
    +12,65 (+0,26 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,11
    +456,87 (+1,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0830
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 032,50
    +1,80 (+0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 299,82
    -304,86 (-0,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,41
    -1,20 (-1,53 %)
     
  • DAX

    17 379,06
    +8,61 (+0,05 %)
     
  • FTSE 100

    7 685,54
    +1,05 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 041,62
    +460,72 (+2,96 %)
     
  • S&P 500

    5 087,03
    +105,23 (+2,11 %)
     
  • Nikkei 225

    39 098,68
    +836,48 (+2,19 %)
     
  • HANG SENG

    16 725,86
    -17,09 (-0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,2680
    +0,0022 (+0,17 %)
     

Crowdfunding immobilier : 10% de rendement en 2023, mais un placement toujours plus risqué

Capital

Bonne nouvelle, malgré un marché immobilier à la peine, le crowdfunding immobilier (ou «crowdimmo») est resté un placement très rentable en 2023. En effet, selon le baromètre annuel de Mazars et Financement participatif France (FPF), le TRI (taux de rendement interne) moyen s'est affiché à 10,3% l'année dernière, contre 9,4% en 2022. Ceci pour un ticket d'entrée moyen de 3 700 euros, et une durée moyenne de placement de près de deux ans (22,1 mois).

En toute logique en effet, la rentabilité attendue d'un investissement augmente avec le risque pris, selon le principe de la prime de risque. Or, en raison du contexte immobilier, ce risque pris par les investisseurs est aussi à la hausse. Dans le cadre d'un financement participatif, le principal danger est que le projet financé par les investisseurs ne soit jamais achevé, et que ces derniers perdent donc leur mise.

Si le baromètre ne communique pas sur ce taux de défaut, il nous renseigne en revanche sur les retards, qui peuvent aboutir, in fine, à un projet qui n'aboutit pas. Le risque qu'un projet soit remboursé en retard - délai de moins de six mois - est désormais évalué entre 8 et 10% par Mazars. Quant aux retards de plus de 6 mois, ils peuvent dorénavant concerner près d'un projet sur quatre, puisque le risque est évalué entre 20 et 25% au démarrage du projet.

Une situation logique pour Bertrand Desportes, associé au sein du groupe Mazars, «le crowdfunding n’échappant pas aux réalités économiques des sous-jacents qu’il finance». (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Prix de l’électricité : ces offres d’EDF et TotalEnergies peuvent vous faire économiser gros
Médecin généraliste, pédiatre, gynéco... les futurs tarifs de consultations proposés par la Sécu
Investissement immobilier : voici les rendements 2023 des SCPI, catégorie par catégorie
La fille de Joël Robuchon dénonce la gestion calamiteuse de la succession du chef multi-étoilé
Impôt sur le revenu, IFI... tout ce que vous pouvez déclarer en ligne