La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 811,28
    -218,01 (-1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Croissance revue à la baisse et inflation plus forte que prévu: le budget 2023 à l'épreuve de la crise

AFP/Archives - Ludovic MARIN

Le produit intérieur brut (PIB) français devrait, lui, continuer à croître l'an prochain, mais seulement de 1%, contre 1,4% encore anticipé par le gouvernement en juillet.

Croissance plus faible et : le gouvernement va présenter fin septembre un projet de budget pour 2023 altéré par les tensions géopolitiques, a expliqué mardi 13 septembre le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Du côté des dépenses, le projet de loi de finances actera la poursuite d'un , chiffré à plusieurs dizaines de milliards d'euros. Mais le montant précis de la hausse des factures énergétiques ne sera annoncé que mercredi par la Première ministre Elisabeth Borne.

Le produit intérieur brut (PIB) français devrait, lui, continuer à croître l'an prochain, mais seulement de 1%, contre 1,4% encore anticipé par le gouvernement en juillet. Cette révision en baisse de la croissance pour 2023 est due "à la poursuite de la guerre en Ukraine, aux tensions sur les prix de l'énergie" et aussi à la "fragilité économique de nos principaux partenaires commerciaux", à savoir les Etats-Unis, l'Allemagne et la Chine, a expliqué Bruno Le Maire à des journalistes.

Le gouvernement a en outre rehaussé sa prévision d'inflation pour l'ensemble de l'année 2022, à 5,3% (contre 5% attendus jusqu'ici). La hausse des prix à la consommation baisserait ensuite courant 2023 pour s'établir en moyenne à 4,2% l'an prochain, soit un niveau bien plus élevé que les 3,2% d'inflation que le gouvernement anticipait jusque-là.

Lire aussi

"La France résiste"

"Dans ce contexte économique tendu, la France résiste", a assuré le ministre, qui en veut pour preuve la croissance d'au moins 2,5% attendue en 2022. Malgré la révision à la baisse de la croissance pour l'an prochain, "nous tiendrons les 5% de déficit public", a promis Bruno Le Maire, ajoutant que "c'est la condition de la crédibilité de la trajectoire de nos finances publiques pour l'ensemble du quinquennat".

Et le gouvernement a réaffirmé son objectif de ramener le déficit public sous le seuil des 3% du PIB en 2027. La devrait pour sa part refluer à 111,5% du PIB en 2022 (contre 112,5% en 2021) et 111,2% en 2023 selon Bercy, légèrement en dessous [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi