La bourse est fermée

Croissance : Edouard Philippe s’attend à "un coup d'arrêt puissant, massif, brutal

Edouard Philippe a livré un bien sombre pronostic sur les perspectives de la croissance tricolore. "Nous sommes entrés dans une crise sanitaire jamais vue, jamais connue en France depuis un siècle et cette crise sanitaire va imposer un coup d'arrêt puissant, massif, brutal, à notre économie", a déclaré le Premier ministre lors d'une séance de questions au gouvernement en format restreint. "Nous savons quel impact et quelles conséquences dangereuses peuvent être associés à ce coup de frein massif", a-t-il ajouté estimant que "nous allons tous devoir, collectivement, faire un effort considérable pour permettre à notre pays de repartir".

Cette épidémie engendrera aussi "une transformation puissante, massive et brutale à nos habitudes collectives de vie et elle fait courir le risque d'un impact puissant massif et brutal sur les structures collectives, pas simplement nationales, mais aussi européennes et internationales", a-t-il insisté. M. Philippe était notamment interpellé par le patron des sénateurs Les Républicains Bruno Retailleau, qui l'interrogeait notamment sur "le décalage" entre les annonces de distribution de masques de protection et "le terrain".

>> A lire aussi - Croissance : “une récession de l'économie mondiale est malheureusement inévitable”

"La défiance c'est un poison, la confiance c'est une arme. Il faut parler clair et vous le pouvez", a exhorté l'élu de Vendée. "La distribution de ces masques est effectivement difficile, je n'en disconviens pas", a admis en retour le Premier ministre.

>> Lire aussi - Bourse : "le coronavirus est un choc comparable au 11 septembre et à la crise de 2008"

Le Premier ministre, qui défendra dans la foulée devant le Sénat les projets de loi d'urgence présentés mercredi en Conseil des ministres, a par ailleurs répété avoir "besoin du contrôle du Parlement" au vu de l'ampleur de la crise.

>> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés

"Il est indispensable que le Parlement puisse contrôler en ayant le sens de l'État,

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les salariés de Pôle emploi expriment leur inquiétude
Coronavirus : le festival de Cannes reporté à fin juin ?
Assurance vie : cette solution qui vous permet de sortir des unités de compte sans perte
L’Oréal, Guerlain, L’Occitane... les employeurs préférés des salariés des cosmétiques
Française des Jeux (FDJ) sera plombée par le coronavirus en 2020