La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,80 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    28 374,43
    +328,05 (+1,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,28
    +0,39 (+0,35 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,23 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,54 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

La croissance en berne, nouveau casse-tête pour Joe Biden

Avec une contraction du PIB de 1,4% au premier trimestre, la croissance américaine a subi un sérieux coup de frein, tandis que l'inflation continue de flamber. Une mauvaise nouvelle de plus pour Joe Biden, à six mois des élections de mi-mandat.

"Nous allons connaître une récession majeure". C’est toujours la même histoire, avec les conjoncturistes: il y a les prudents, et il y a les parieurs. Mardi 26 avril, certains clients de Deutsche Bank ont dû avaler leur café de travers en lisant la note de conjoncture de la banque pour les Etats-Unis, intitulée: "Pourquoi la récession à venir sera pire que prévu". "La Fed va devoir donner un coup de frein encore plus brutal [que prévu], et une récession profonde sera nécessaire pour dompter l’inflation", prédisaient ces économistes. Pas moins!

Jeudi 28 avril, la publication des derniers chiffres de la croissance américaine ont semblé confirmer ce pessimisme: le PIB s'est contracté de 1,4% au premier trimestre en rythme annuel, alors qu'un consensus d'analystes tablait sur une croissance de 1,1%. Un coup d'arrêt brutal mais peut-être trompeur: il reflète plus un ralentissement de la croissance des stocks et un déficit commercial plus important qu'un affaiblissement de la demande des consommateurs et des entreprises, qui reste forte. Une indication: en mars, les commandes de biens durables ont crû pour la cinquième fois en six mois (de 0,8%). Et tout le monde n’est pas aussi pessimiste que la Deutsche Bank. Le FMI table sur une croissance américaine de 3,7% en 2022, tandis que – pas négligeable, mais pas inévitable non plus.

La guerre en Ukraine et le Covid ajoutent encore à l’incertitude

Personne, en réalité, ne sait qu’elle est en train de négocier. et le Covid ajoutent encore à l’incertitude, notamment sur l’inflation. Mais pour Biden, ces points d’interrogation n’ont rien de rassurant: ils ajoutent encore à l’angoisse et au pessimisme des Américains sur l’avenir, une humeur maussade qui risque de coûter très cher aux Démocrates lors des élections de mi-mandat de novembre prochain.

Même les bonnes nouvelles sont ignorées. , une performance inégalée depuis au moins 1939? Moody’s Analytics prévoit que le taux de chômage (3,6% en mars) tombera bientôt à son niveau[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles