La bourse est fermée

Les critiques se multiplient contre les conditions d'accès au fonds de solidarité 

1 / 2

Les critiques se multiplient contre les conditions d'accès au fonds de solidarité 

Le gouvernement va-t-il empêcher des milliers de faillites, causées par l'arrêt brutal d'une partie de l'économie française? Des voix commencent à s'élever pour contester les règles mises en place pour aider les indépendants, artisans et TPE qui bénéficient, en théorie, d'un fonds de solidarité pour dépasser cette période difficile. Les personnes ou petites entreprises éligibles pourront ainsi bénéficier, pendant deux mois, d'une indemnité de 1.500 euros. Cela devrait concerner 600.000 entreprises selon les estimations de Bercy.

"Mais le nombre de TPE en France est de 2,1 millions, supérieur à 3 millions en intégrant les micro-entrepreneurs de plein exercice" prévient Marc Sanchez, secrétaire général du syndicat des indépendants (SDI). "Le compte n'y est manifestement pas".

Conditions strictes

En l'occurrence, les conditions d'octroi sont assez strictes. Le fonds s'adresse aux TPE qui réalisent moins d'un million de chiffre d'affaires, aux indépendants et aux micro-entrepreneurs. L'autre condition est qu'ils subissent actuellement une fermeture administrative ou une perte de chiffre d'affaires de plus de 70% au mois de mars.

Ce dernier point est celui qui ne passe pas. "Concrètement, avec une baisse de chiffre d'affaires évaluée à 50% en raison d'une activité normale sur un demi-mois, le sort des entreprises qui n'ont pu rester ouvertes faute de clientèle n'est pas moins dramatique que les entreprises qui ont été contraintes de...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi