La bourse ferme dans 4 h 15 min
  • CAC 40

    6 310,65
    +25,41 (+0,40 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 680,65
    +23,62 (+0,65 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,80 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0684
    +0,0122 (+1,15 %)
     
  • Gold future

    1 859,10
    +17,00 (+0,92 %)
     
  • BTC-EUR

    28 603,97
    +126,28 (+0,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    685,00
    +11,63 (+1,73 %)
     
  • Pétrole WTI

    111,71
    +1,43 (+1,30 %)
     
  • DAX

    14 112,98
    +131,07 (+0,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 473,24
    +83,26 (+1,13 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 001,52
    +262,49 (+0,98 %)
     
  • HANG SENG

    20 470,06
    -247,18 (-1,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,2601
    +0,0106 (+0,85 %)
     

Crise ukrainienne: Poutine a des objectifs, l'Occident doit aussi fixer les siens

·2 min de lecture

La menace d'une nouvelle invasion de l'Ukraine par la Russie pourrait permettre à l'Alliance atlantique de montrer sa force et son unité… si elle est assez ferme dans les discussions.

Il est généralement de mauvais augure que l'un des protagonistes d'une négociation l'entame en pointant une arme sur son interlocuteur. C'est un peu ce qui se passe, en ce moment, avec . Vladimir Poutine est clairement à l'origine de la crise. Alors que le président russe masse des troupes à la frontière, il exige des Occidentaux l'interdiction de toute nouvelle adhésion à l'Otan d'un pays d'Europe orientale, l'ancien pré carré de l'URSS. Certaines de ses exigences sont si extravagantes et attentatoires à la sécurité de l'Europe qu'elles pourraient avoir été formulées uniquement pour être rejetées, ouvrant ainsi la voie à une offensive militaire en Ukraine. Le pays est aussi peuplé que l'Irak, et même s'il est probable que les troupes russes l'emporteraient militairement dans un premier temps, contrôler la totalité du territoire pourrait se révéler épineux, notamment si les Ukrainiens déclenchaient une insurrection générale.

Si toutefois l'Occident se montre assez ferme dans les discussions, l'Otan pourrait en émerger plus forte. Car l'autre problème du président russe est que son attitude agressive a unifié l'Otan et lui a conféré une nouvelle raison d'être. Son ultimatum, qui est venu s'ajouter à sa volonté d', a coupé l'herbe sous les pieds de ceux qui appelaient à un rapprochement avec Moscou. Dans ce contexte, l'Occident devrait se fixer deux objectifs: éviter une guerre en Ukraine et renforcer la sécurité européenne. Une invasion russe peut être évitée par la menace de sanctions économiques sévères et par la promesse de fournir aide et armements adéquats à Kiev. Les Occidentaux pourraient dans le même temps promettre à Poutine que ni la Géorgie ni l'Ukraine ne sont près d'intégrer l'Otan. Si les choses sont bien menées, le second objectif pourrait également apaiser les tensions autour de l'Ukraine. Si certaines exigences russes rendraient l'Europe plus vulnérable, d'autres pourraient servir de base à des discussions bénéficiant aux deux parties.

Poutine, la v[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles