Marchés français ouverture 4 h 22 min
  • Dow Jones

    35 490,69
    -266,19 (-0,74 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,84
    +0,12 (+0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 882,34
    -215,90 (-0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,1610
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • HANG SENG

    25 619,21
    -9,53 (-0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    50 712,54
    -1 826,44 (-3,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 409,20
    -65,13 (-4,42 %)
     
  • S&P 500

    4 551,68
    -23,11 (-0,51 %)
     

Crise des semi-conducteurs: Renault plus social que Stellantis

·2 min de lecture

Les usines chôment un jour par semaine au moins en moyenne chez Stellantis et Renault. Mais le traitement social est plus sévère au sein de l'ex-groupe PSA. Les activités tertiaires sont arrêtées tous les vendredis chez Stellantis, pas chez Renault.

Stellantis est particulièrement affecté par la pénurie de puces électroniques. Et, comme à son habitude, le directeur général, réagit promptement et... brutalement. Depuis début septembre, grâce à l’Accord d’activité partielle de longue durée (APLD), l’ensemble des fonctions du groupe franco-italo-américain connaît le chômage partiel. L’accord a été signé fin août pour trois ans. Il est applicable durant vingt-quatre mois consécutifs. Les vendredis sont ainsi systématiquement chômés dans les activités tertiaires. Le centre technique de Vélizy (Yvelines) est particulièrement frappé. Les usines s’arrêtent pour leur part un jour ou deux chaque semaine en moyenne, selon des sources internes. Si les cadres touchent 100% de leur salaire net, les opérateurs n’en reçoivent toutefois que 84%, sauf ceux qui sont en formation et bénéficient alors de 100% de leur revenu.

Renault est aussi frappé dans ses usines. Les sites de production chôment un jour par semaine en moyenne, mais avec une situation très contrastée selon les usines. Les opérateurs touchent toutefois ici "100% de leur salaire net" mais avec des jours de congés en moins, explique-t-on au sein du constructeur au losange. Pour cinq jours de chômage partiel, la société retient en effet une RTT. Une sacrée différence néanmoins avec Stellantis! Par ailleurs, et contrairement à Stellantis, "nous travaillons à temps plein dans les activités tertiaires ou d’ingénierie depuis la reprise début septembre", précise une porte-parole. Renault pratique donc une gestion sociale en douceur par rapport au management réputé musclé de Stellantis, et de PSA avant la fusion avec FCA. Mais le pilotage sans états d'âme de Carlos Tavares permet justement à d'"afficher des résultats financiers sans aucune mesure", lâche un cadre supérieur de l'ex-PSA!

Plusieurs syndicats de Stellantis avaient critiqué fin septembre l'application de l'accord de chômage partiel en France. Et, ce jeudi, ce sont les représentants syndicaux de l'usine d'Opel [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles