La bourse ferme dans 4 h 10 min

Crise sanitaire et crise climatique, même combat !

latribune.fr

Que les gouvernements n'hésitent pas à mettre l'économie quasiment à l'arrêt pour protéger la santé des citoyens en cette période d'épidémie de coronavirus, nous nous en félicitons. Mais que les mêmes gouvernements déclarent que l'économie aurait du mal à être freinée pour limiter les conséquences du réchauffement climatique, alors là, nous disons non ! Les bourses s'effondrent, certes, mais quid du capital environnemental, lui aussi détruit ? Et la baisse des émissions de C02 dans le monde depuis la crise sanitaire laisse penser que les humains, de gré ou de force, peuvent réduire significativement ces émissions. Reste à inventer un nouveau modèle ...

Tandis que certaines mesures, et notamment le confinement, se généralisent en Europe, d'autres, en faveur du climat, gagneraient elles aussi à s'étendre. C'est vrai pour le marché du carbone, ce système d'échange de droits d'émissions de gaz à effet de serre, lancé en Europe dès 2005, et de nature à inciter les industriels émetteurs à investir pour réduire leurs émissions, sous peine de payer ces droits au prix fort à l'avenir. Selon le dernier rapport de la Banque mondiale, de juin 2019, quelque 57 initiatives pour donner un prix au carbone ont été ou sont en passe d'être lancées à l'échelle de la planète. Encore trop peu, certes, puisqu'elles ne couvrent que 20% des émissions. Pis, les cours sur ces marchés sont encore trop bas pour réellement inciter les industriels au changement ...

C'est vrai aussi des Certificats d'économies d'énergie (CEE), lancés en 2006 en France, et qui reposent sur une obligation faite par les pouvoirs publics aux vendeurs d'énergie de financer des économies d'énergies. Ces derniers doivent ainsi promouvoir activement l'efficacité énergétique auprès des consommateurs d'énergie que sont les ménages, les collectivités territoriales et les professionnels. Au 1er janvier 2018, le dispositif est entré dans sa 4è période d'obligation, pour une durée de 3 ans.

Mis en

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr