La bourse est fermée

En crise profonde, le vin de Bordeaux tente de rebondir

1 / 2

En crise profonde, le vin de Bordeaux tente de rebondir

Le vin rouge fait grise mine. Les vignobles du bordelais (85% de vins rouges), ont vu leurs ventes baisser de 3% en volume en 2018 à 626 millions de bouteilles (le chiffre d'affaires progresse néanmoins de 4% à 4 milliards d'euros) après -2% un an plus tôt, plombés par une série de facteurs.

Conjoncturels d'abord avec des prix en hausse à cause du grand gel de 2017 qui a fait baisser la production de 39% (une première depuis 1990) permettant à la concurrence étrangère de percer en grande distribution. Sans oublier la loi Egalim qui limite les promotions sur le vin à 34%.

Structurels ensuite, avec une désaffection grandissante de la part des consommateurs qui se tournent vers d'autres vins, notamment le rosé mais aussi une tendance globale de baisse de la consommation d'alcool en France. Résultat, en 2018, les ventes de Bordeaux en France ont ainsi chuté de 12% à 144 millions de bouteilles.

Mais c'est aussi la chute de l'export qui fait souffrir le bordelais. 52% des 4 milliards d'euros que génèrent le bordelais viennent des exportations. Or, les ventes en Chine ont dévissé de 31% à 58 millions de bouteilles, de 4% à Hong Kong (10 millions), de 9% vers l'Union européenne et de 1% aux Etats-Unis (26 millions). 

Résultat, les exportations en volume ont chuté de 14% en 2018 (-16% en dehors de l'Union européenne) après avoir déjà reculé en 2017. En valeur, le marché progresse néanmoins de 3%.

Une image vieillotte

A cela, il faut...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi