La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    19 944,76
    -69,28 (-0,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

La crise des matières premières témoigne des ratés de la mondialisation

(c) Reuters

Finie l’insouciance. Le rapport Cyclope sur les matières premières dresse un tableau très sombre du monde dans lequel on vit.

"Le monde d’hier". Pour la 36ème édition du , la bible des matières premières, qu’il a présentée ce mercredi 8 juin, Philippe Chalmin, codirecteur du rapport et professeur à Paris-Dauphine, a pris pour référence le titre du dernier livre de l’écrivain viennois Stephan Zweig. Le monde d’hier, c’est la fin de l’insouciance, la fin de la mondialisation heureuse. Choc énergétique, crise alimentaire, engorgements logistiques, pénuries en tous genres forment la réalité des marchés d’aujourd’hui. "La crise que nous traversons est identique à celle des années 1930 et 1970", estime Philippe Chalmin. Et pour la raconter, le blé, l’or, le cuivre, le lithium, le soja, le cobalt, l’aluminium… constituent la meilleure des boussoles. "Les c’est la partie émergée de l’iceberg, des tensions géopolitiques de la planète, dit Philippe Chalmin. Quand un prix flambe quelque part, on essaie de comprendre ce qui est en train de se passer." Il y a quinze ans, le monde se berçait d’illusions. Goldman Sachs se félicitait du dynamisme économique des BRICS. La banque pensait que la moitié de l’humanité allait décoller. Au lieu de cela, il y eut la crise financière de 2008 puis la montée des populismes et des despotismes. Le vrai bouleversement date de l’an dernier avec . Depuis, la Russie a envahi l’Ukraine. Ce qui a rajouté de la complexité à une situation déjà compliquée. Pour l’Europe, la guerre en Ukraine a agi comme un , montrant notre extrême dépendance aux hydrocarbures russes.

Rhétorique guerrière

Aujourd’hui, la promesse de l’abondance est terminée. Les conflits commerciaux peuvent-ils se muer en conflits territoriaux? Professeur au Conservatoire national des arts et métiers et codirecteur du Cyclope, Yves Jégourel note que "les matières premières sont toujours associées à une rhétorique guerrière. Il y a eu la guerre de la banane, la guerre du cacao, la guerre des métaux rares". La crise énergétique a provoqué des réactions en chaîne dans tous les domaines, notamment dans le secteur[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles