La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    52 502,95
    -280,32 (-0,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Crise des sous-marins : Macron aura un "échange de clarification" avec Biden

·1 min de lecture

Emmanuel Macron veut faire toute la lumière sur l'annulation de l'achat de sous-marins par l'Australie, en faveur des États-Unis. "Dans les jours qui viennent, avant la fin de la semaine", le président de la République aura un échange téléphonique "de clarification", et non de "réconciliation" avec le président des États-Unis Joe Biden, a prévenu Stéphane Séjourné, conseiller politique du chef de l'État, à propos du "contrat du siècle". "Il y a eu un problème sur le fond et la forme", a-t-il indiqué sur France Inter.

LIRE AUSSICrise des sous-marins : comment Macron veut riposter

 

Sur la forme d'abord, le député européen de LREM a évoqué "la manière dont a été rompu ce contrat (entre la France et l'Australie, NDLR) qui pose des interrogations, y compris sur la conception-même d'être un allié des Américains". Sur le fond, "derrière ce changement de pied australien, il y a évidemment des divergences sur la stratégie indo-pacifique", a-t-il ajouté.

La France "a tout son mot à dire" dans la région indo-pacifique

Avec ses territoires d'Outre-mer, dont la Nouvelle-Calédonie, la France "a tout son mot à dire" dans la région et se situe dans une logique d'"apaisement", tandis que "les États-Unis sont plutôt dans une confrontation avec la Chine" et "rentrent par le contrat australien dans le jeu beaucoup plus fortement, ce qui va irriter énormément la Chine et va tendre la région", a détaillé Stéphane Séjourné.

Notant également que "la France n'a pas reçu une demande de résilia...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles