Marchés français ouverture 7 h 34 min
  • Dow Jones

    35 258,61
    -36,15 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 021,81
    +124,47 (+0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    29 025,46
    +474,56 (+1,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,1616
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    25 409,75
    +78,75 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    53 325,31
    +99,85 (+0,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 430,53
    -21,11 (-1,45 %)
     
  • S&P 500

    4 486,46
    +15,09 (+0,34 %)
     

Crise des sous-marins: les leçons de l'insulte américaine

·2 min de lecture

Après avoir manié l'ironie ou l'indifférence, Washington a finalement compris que la crise des sous-marins nucléaires vendus à l'Australie n'était pas une brouille passagère avec ces "impossibles Français", mais une crise grave.

Ils sont rigolos, ces Français. Ils montent sur leurs ergots, se gonflent d'importance, en rajoutent toujours des tonnes sur leur amour-propre écorché. A chaque brouille franco-américaine, l'establishment de Washington se fait plaisir. Un peu d'ironie par-ci, un soupçon d'indifférence par-là... Alors que , Tony Blinken le secrétaire d'Etat, lâche sans sourire: "Nous coopérons de façon incroyablement étroite avec la France sur beaucoup de priorités dans l'Indo-Pacifique mais également au-delà, de par le monde". Contre toute évidence, Blinken commencera par prétendre que Paris avait été averti suffisamment à l'avance du coup de Trafalgar. En privé, les responsables de l'administration affichent une parfaite impassibilité. Les Français, confient-ils anonymement, sont "théâtraux".

Lire aussi

Ils sont rigolos, ces Français. Ils n'annulent pas un déjeuner offert au Washington journalistique, alors même que l'ambassadeur est rappelé à Paris. "Au début du repas, quelqu'un a fait une blague à propos des relations franco-américaines – comment elles ont tellement sombré qu'elles étaient sous l'eau. Les Américains ont ri. Pas les Français", , avant de décocher lui aussi sa blagounette: "La France est furieuse, mais pas au point de priver ses amis américains de déjeuner et de dessert (crème brûlée, au cas où vous vous posiez la question, recouverte de croûte craquante créée par un sous-chef muni d'un chalumeau miniature."

Ha ha ha. Le cas de David Frum est intéressant: il a travaillé dans la Maison-Blanche de George W. Bush au début des années 2000 et se souvient évidemment de la précédente crise grave entre la France et les Etats-Unis, à propos de l'invasion de l'Irak. La brouille avait été telle que certains excités avaient suggéré de remplacer les "French fries" (frites), au nom devenu repoussoir, par des "Freedom Fries". Dix-huit ans plus tard, Frum a toujours autant de mal à prendre la France au sérieux.

Une discussion "amicale" mais sans excuses publiques

Mais 2021 n'est p[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles