La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    41 128,02
    -687,65 (-1,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

La crise est finie... C'est l'Insee qui le dit

·2 min de lecture

Selon l’Insee, le PIB va retrouver son niveau d’avant crise au quatrième trimestre. Après un effondrement de 8% en 2020, l’Institut s’attend désormais à une hausse de 6,25% pour 2021, notamment grâce à la consommation.

Le malade va mieux. Il est même en train de se relever. Sous réserve d’un nouveau choc, le PIB de la France devait retrouver son niveau d’avant crise avant les fêtes de Noël. L’Insee l’affirme. "La reprise s’est poursuivie malgré la quatrième vague épidémique, constate Julien Pouget, chef du département conjoncture de l’institut. Quant à l’emploi salarié privé, il est revenu au niveau du début 2020." Et de saluer l’effet bénéfique du chômage partiel "qui a absorbé l’essentiel de la baisse du travail, contribuant à maintenir les emplois". Ainsi, durant l’été, la consommation s’est montrée dynamique. Elle a même servi de moteur à l’économie, notamment en mai et juin, quand les restrictions liées au confinement ont été levées. L’habillement, l’équipement de la maison, l’achat de véhicules et l’alimentaire en ont profité comme les activités de loisirs, la restauration, le transport et les hébergements. "Sa croissance sera de 4,5% cette année contre une baisse de 7,2% l’an dernier", indique l’Insee.

La saison estivale s'est bien mieux passée qu'en 2020

Autre bonne nouvelle: les effets du virus sont de moins virulents. Si , puis de 7% et de 6% lors de la deuxième et la troisième vagues, il n’a diminué que de 1% cet été. "Nous assistons à un retour global au niveau de l’avant-crise même si ce n’est pas un retour à la normale", prévient Julien Pouget. Plusieurs n’ont pas encore retrouvé leur pleine santé bien que la saison estivale se soit bien mieux passée qu’en 2020. Car si les Français sont restés dans l’Hexagone, ils ont beaucoup bougé, notamment vers le littoral, rassurés par la vaccination. L’Insee a ainsi mesuré que le trafic de véhicules avait connu un pic fin juillet de près de 40% par rapport à l’avant crise.

L'activité économique retrouve des couleurs ©Insee

Le pass sanitaire n'a pas créé d'inflexion majeure sur l'économie

Les statisticiens de l’Insee se sont aussi penchés sur l’impact du pass sanitaire sur le comportement des consommateurs. Grâce aux relevés d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles