Marchés français ouverture 3 h 15 min
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 795,08
    -69,24 (-0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,1906
    -0,0018 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    28 708,93
    -389,36 (-1,34 %)
     
  • BTC-EUR

    42 378,00
    +355,89 (+0,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 020,64
    +77,47 (+8,21 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     

Crise Covid : La France délaisse-t-elle sa jeunesse à l'inverse d'autres pays européens?

·2 min de lecture

En France le débat fait rage pour étendre le revenu de solidarité active (RSA) aux moins de 25 ans au moins pendant la crise sanitaire. Mais dans le reste de l'Europe, notamment dans les pays nordiques, la question se pose moins, leur système étant davantage protecteur. Petit tour d'horizon des politiques publiques à destination des jeunes.

De Paris à Stockholm en passant par Copenhague, l. Près de trois millions des moins de 25 ans sont au chômage, soit quelque 18%, un taux bien supérieur au reste de la population active. Quant aux étudiants, ils sont bien souvent cantonnés à suivre leur formation supérieure derrière leur ordinateur la journée tout en bataillant pour manger le soir. En témoignent, en France, .

Lire aussi

Cette dure réalité fait ressurgir une question brûlante: faut-il instaurer des minimums sociaux pour les moins de 25 ans pour aider une génération qui se sent sacrifié? Le débat fait rage en Europe, particulièrement en France, et révèle de grandes disparités entre les pays qui n’accompagnent pas les jeunes de la même façon pour s’insérer dans la vie active. Petit tour d’horizon des dispositifs existants dans l’Union européenne.

Les pays nordiques, un Eldorado pour les jeunes?

Le nord de l’Europe, avec son approche sociale-démocrate, fait figure de modèle et d’Eldorado pour les jeunes. Danemark, Suède, Finlande… Tous ont choisi d’investir massivement dans la jeunesse: "Dès leur entrée dans le supérieur, les étudiants par exemple touchent une bourse universelle, c’est-à-dire non calculée en fonction du revenu de leurs parents, explique le chercheur , auteur du livre La jeunesse dans tous ses Etats (aux éditions PUF). En complément, ils peuvent faire un prêt qu’ils ne devront rembourser que si leur revenu, une fois dans la vie active, dépasse un certain montant." Par exemple au Danemark, la bourse est d’environ 700 euros mensuels avec la possibilité d’un prêt garanti d’environ 300 euros par mois. A noter que les études du supérieur sont gratuites.

Autre étage de la fusée: les aides accordées aux jeunes décrocheurs. "Les pays nordiques interviennent tout de suite via des prestations chômage, poursuit Tom Chevalier. Ils sont ensuite tenus de participer à différents programmes tels que la garantie jeune, aujourd’hui généralisée dans tous les pays européens mais qui a été inventée dans le no[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi