Marchés français ouverture 2 h 58 min
  • Dow Jones

    35 754,75
    +35,32 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 786,99
    +100,07 (+0,64 %)
     
  • Nikkei 225

    28 794,84
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,1338
    -0,0006 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 210,02
    +213,15 (+0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    44 016,52
    -671,29 (-1,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 306,75
    +1,63 (+0,13 %)
     
  • S&P 500

    4 701,21
    +14,46 (+0,31 %)
     

Crise du Covid : Emmanuel Macron met en garde contre la judiciarisation de la politique

·2 min de lecture

Emmanuel Macron a mis en garde lundi contre la judiciarisation de la vie politique, en estimant que "citer" des responsables publics dans une "procédure pour une crise qui est encore en cours" est "loin de l'apaisement", sans citer explicitement la mise en examen de l'ex-ministre Agnès Buzyn.

Emmanuel Macron a mis en garde lundi contre la judiciarisation de la vie politique, en estimant que "citer" des responsables publics dans une "procédure pour une crise qui est encore en cours" est "loin de l'apaisement", sans citer explicitement la mise en examen de l'ex-ministre Agnès Buzyn. "Quand des responsables, ministres, fonctionnaires, élus se trouvent cités dans une procédure pour une crise qui est encore en cours, nous sommes loin de l'apaisement et de l'équilibre", a dit le président de la République en ouverture des Etats généraux de la justice, à Chasseneuil-du-Poitou, en périphérie de Poitiers.

L'ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui avait démissionné mi-février 2020, a été mise en examen le 10 septembre 2021 par la Cour de justice de la République (CJR) pour "mise en danger de la vie d'autrui", en raison de sa gestion de l'épidémie de Covid-19. Dans le même dossier, des milliers de plaintes ont été déposées et la CJR mène également depuis juillet 2020 une instruction concernant son successeur Olivier Véran et l'ancien Premier ministre Edouard Philippe. Emmanuel Macron a évoqué plus largement "un grand phénomène qui tend à s'accélérer", "principalement sous l'influence des pays anglo-saxons" de "pénalisation des relations sociales" en direction des "fonctionnaires, médecins, scientifiques, directrices et directeurs d'école, élus".

Un "mouvement orchestré par des citoyens souvent devenus procureurs"

Ce "mouvement orchestré par des citoyens souvent devenus procureurs a gagné de plus en plus de champs de nos relations sociales", a-t-il mis en garde.

Le chef de l'Etat a appelé à "trouver les bons termes dans la mise en oeuvre de la responsabilité des élus et responsables publics dans ce contexte de(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles