La bourse ferme dans 6 h 25 min
  • CAC 40

    5 796,62
    +93,40 (+1,64 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 692,10
    +55,66 (+1,53 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2044
    -0,0044 (-0,36 %)
     
  • Gold future

    1 745,00
    +16,20 (+0,94 %)
     
  • BTC-EUR

    39 320,11
    +1 636,92 (+4,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    950,87
    +17,73 (+1,90 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,54
    +1,04 (+1,69 %)
     
  • DAX

    13 954,58
    +168,29 (+1,22 %)
     
  • FTSE 100

    6 594,62
    +111,19 (+1,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • GBP/USD

    1,3946
    +0,0024 (+0,17 %)
     

La crise du Covid-19 n'inspire "pas du tout" le romancier Maxime Chattam

·1 min de lecture

Des pays entiers confinés, des déplacements interdits et des masques obligatoires : il y a un an, ces mesures devenues notre quotidien nous auraient semblé relever du scénario de film fantastique ou de science-fiction. Pourtant, la pandémie de coronavirus et les décisions politiques prises pour l'endiguer sont bien réelles. Une mine d'or pour les auteurs, qui vont désormais pouvoir s'inspirer de la réalité ? Pas forcément, selon le romancier Maxime Chattam, invité d'Europe 1, mercredi matin. 

 

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

 

Dans les livres, "on joue avec nos peurs, on ne les subit pas"

"Ce qui me plaît dans la fiction, même dans la fiction fantastique, quand on joue avec nos peurs, c'est justement de pouvoir poser un cadre dans lequel le lecteur sait qu'il va pouvoir se promener", pose le "Roi du roman noir". "Et ce cadre, il est quelque part rassurant. On joue avec nos peurs, on subit pas nos peurs."

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mercredi 27 janvier

C'est la grande différence avec la vraie crise sanitaire, sur laquelle "on n'a pas vraiment de prise", poursuit celui qui est aussi membre du jury du festival du film fantastique de Gérardmer, lancé aujourd'hui. "C'est presque rassurant, finalement, d'aller se réfugier dans un livre ou même dans un film fantastique, parce qu'on sait que là, on va se divertir. On va s'éloigner de la réalité. En fait, nos peurs sont maîtrisées quelque part."

Une crise absente de s...


Lire la suite sur Europe1