La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 346,46
    +403,03 (+2,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

La crise alimentaire mondiale germe à Odessa

Ukrinform/Zuma/Rea

Quatrième exportateur mondial de blé avant le début de la guerre avec la Russie, l'Ukraine voit ses réserves bloquées à quai. L'Occident espère convaincre Poutine d'ouvrir un couloir.

Un casse-tête de portée mondiale se présente à l'Occident: afin d'alléger la pénurie alimentaire dans le monde? Les silos sont pleins et ne pourront accueillir la récolte 2022. "Si nous ne pouvons pas stocker la nouvelle récolte, elle va pourrir, remarque Andrey Stavnitser, propriétaire du plus gros terminal de fret maritime privé ukrainien. Débloquer Odessa est aussi important que de fournir des armes à l'Ukraine." Pour ce faire, certains évoquent l'idée de convois armés escortant les navires marchands en mer Noire. L'idée se heurte toutefois à des obstacles militaires, juridiques et politiques. La Russie a déployé en Crimée un puissant bouclier d'armes anti-navires, anti-aériennes et électroniques, qui lui assure la maîtrise de la plus grande partie de la mer Noire. Et même si les Russes s'abstenaient d'attaquer les convois, les navires ancrés dans les ports seraient des cibles faciles.

Trafic strictement encadré

Autre problème: pour faire passer les convois, il faudrait procéder au déminage des eaux entourant Odessa. Mais cela ouvrirait des brèches par lesquelles des navires russes pourraient s'engouffrer. La protection des convois exigerait d'autre part une forte présence navale de l'Otan. Or, le trafic maritime en mer Noire est régi par la convention de Montreux de 1936 qui impose de strictes conditions à la présence de navires originaires d'Etats étrangers à la zone. Gardienne des , la Turquie a demandé officieusement aux autres pays de ne pas déployer de navires de guerre en mer Noire. Le débat sur les convois rappelle celui sur l'imposition d'une no-fly zone au-dessus de l'Ukraine. Et il pose la même question: les alliés de l'Otan sont-ils prêts à une confrontation directe avec la Russie?

Main tendue de l'ONU

Le seul espoir est que la pression internationale, notamment de la part de pays non-occidentaux, finisse par persuader la Russie d'accep[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles