La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 517,27
    -429,83 (-1,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 014,06
    -225,88 (-2,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 885,87
    +65,47 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0471
    -0,0026 (-0,25 %)
     
  • HANG SENG

    19 441,18
    -77,11 (-0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    16 205,77
    -248,17 (-1,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    399,69
    -2,12 (-0,53 %)
     
  • S&P 500

    3 932,84
    -66,00 (-1,65 %)
     

"Crime contre l'humanité", "Etat terroriste": à l'ONU, Zelensky charge la Russie

Handout / UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé mercredi 23 novembre devant le Conseil de sécurité des Nations unies un "crime contre l'humanité" perpétré selon lui par la Russie. L'armée dirigée par Vladimir Poutine se serait attaquée aux infrastructures énergétiques ukrainiennes.

"Un crime contre l'humanité", "formule de la terreur", "Etat terroriste international"... Alors que les attaques russes ciblent de plus en plus régulièrement les populations civiles, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé mercredi 23 novembre devant le Conseil de sécurité des Nations unies les attaques perpétrées par la Russie sur le sol ukrainien. L'armée russe avait le jour-même ciblé des infrastructures énergétiques.

Lire aussiL’Occident devra payer le prix de la reconstruction en Ukraine

"Avec des températures en dessous de zéro, plusieurs millions de gens sans fourniture d'énergie, sans chauffage et sans eau, il s'agit évidemment d'un crime contre l'humanité", a fustigé Volodimyr Zelensky lors d'une brève déclaration devant le Conseil de sécurité via une liaison vidéo durant une réunion d'urgence qu'il avait lui-même réclamée. Neuf mois après l'invasion russe de son pays le 24 février, le président Zelensky a dénoncé la "formule de terreur" imposée par les forces armées de Moscou. Face à un Conseil de sécurité de l'ONU impuissant, il a estimé que la communauté internationale ne pouvait "pas être l'otage d'un (Etat) terroriste international", en allusion au droit de veto de Moscou qui bloque toute résolution contre l'agression russe en Ukraine.

Une "violation manifeste du droit international humanitaire" selon la France

"Le meurtre de civils, la destruction d'infrastructures civiles sont des actions terroristes. L'Ukraine continue d'exiger une réponse déterminée de la communauté internationale à ces crimes", avait écrit plus tôt sur Twitter le chef de l'Etat ukrainien en réclamant une réunion d'urgence des 15 membres du Conseil de sécurité. L'ambassadeur français à l'ONU Nicolas de Rivière a qualifié les frappes russes sur les infrastructures civiles ukrainiennes de "violation manifeste du droit international humanitaire" et réaffirmé le soutien de la France à l'Ukraine, lors de ce Conseil de sécurité.

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi