La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 783,90
    +21,20 (+1,20 %)
     
  • BTC-EUR

    41 854,29
    -8 778,17 (-17,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Criblée de dettes, la compagnie Air Madagascar est en redressement judiciaire

·2 min de lecture

Après deux décennies de déboires financiers et après avoir finalisé la sortie d’un partenariat stratégique deux ans et demi seulement après l’avoir conclu, la compagnie aérienne détenue à 52% par l’État malgache a été placée en redressement judiciaire par le gouvernement le 14 octobre. Plombée par près de 70 millions d’euros de dettes cumulées, « Air Mad » espère, grâce à cette procédure judiciaire, apurer ses passifs, maintenir une partie de ses emplois et poursuivre ses activités, au moment où la réouverture de l’espace aérien du pays vient d’être annoncée. Un business plan du redressement de la compagnie devrait être présenté sous peu. Les grandes lignes ont été dévoilées aux salariés, mais de nombreuses zones d’ombre persistent.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud

Cette procédure de redressement judiciaire, dans l’ensemble, est perçue avec soulagement. « Peut-être permettra-t-elle d’échapper à la liquidation judiciaire qui nous pendait au nez depuis des années », confie un mécanicien de la compagnie.

Cependant, peu d’informations précises ont été données au millier de salariés, conviés la semaine dernière à l’assemblée générale. Cet employé d’Air Madagascar, qui souhaite conserver l’anonymat pour éviter, dit-il, des représailles de la part de son conseil d’administration, raconte :

« On nous a annoncé, que lors de la reprise des vols internationaux – le 6 novembre prochain, ndlr –, on va d’abord fonctionner avec une location d’avion (appelée wet lease ou ACMI pour Aircraft, Crew, Maintenance and Insurance, ndlr) qui comprend aussi la location de l’équipage. Ils ont aussi annoncé pour plus tard une acquisition d’appareil. »

Le problème, c'est que la société est criblée de dettes : 80 millions de dollars (les autorités ont reconnu que ces difficultés avaient été accumulées suite à « un laxisme, à la corruption, et à une mauvaise gestion »), des arriérés chez quasiment tous ses fournisseurs, des années de droits de parking et de « taxes de survols de pays » impayés se sont accumulées auprès de tout un tas de pays... À tel point que plus aucun appareil de la flotte long courrier ne peut voler en ce moment.

« On leur a demandé avec quel argent (cela allait se faire). Ils sont restés évasifs, mais ils ont dit qu’ils avaient trouvé de l’argent pour ça », observe le même employé d'Air Madagascar.

La crainte du licenciement collectif

Le business plan de redressement a, semble-t-il, été concocté dans le plus grand secret par un cabinet de conseil étranger. « On est un peu informé, mais jamais consulté », lâche un pilote.

Et ce qui inquiète le plus le personnel de la compagnie, c’est le licenciement collectif. Et l’annonce de la fusion entre Air Madagascar et sa filiale Tsaradia, qui assure aujourd’hui les vols domestiques, laisse peu de place au doute quant à la réduction des effectifs.

Une communication officielle devrait être faite dans les prochains jours pour annoncer les dispositions prises à l’heure de la reprise du trafic international sur le territoire. Le conseil d’administration prévoit aussi de fournir plus de détails, une fois la décision judiciaire rendue, concernant les conditions de l’apurement des dettes par les créanciers, l’intérêt du changement de nom de la compagnie en Madagascar Airlines, et les nouveaux potentiels investisseurs.

Le tribunal de commerce d’Antananarivo devrait rendre son verdict d’ici une semaine au plus tard. La possibilité de cession de l’entreprise pour un ariary symbolique n’est pas encore écartée.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles